La commission scolaire des Draveurs souhaite construire une école à proximité de l’intersection du boulevard Lorrain et du chemin de Chambord.

Nouvelle école dans Bellevue Nord: «Toutes les cartes sont sur la table»

Le besoin d’une nouvelle école primaire dans le secteur Bellevue Nord, à Gatineau, est considéré à ce point flagrant qu’une pétition a été lancée et une rencontre entre les parties impliquées a eu lieu lundi au bureau du député provincial Robert Bussière.

La réunion, à laquelle prenaient part des représentants de la commission scolaire des Draveurs (CSD) et le conseiller municipal Pierre Lanthier, avait pour but de sensibiliser le député de Gatineau afin qu’il maintienne la pression sur le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur au sujet de cette demande pour l’érection d’une école de 400 places au nord de l’autoroute 50, à proximité de l’intersection du boulevard Lorrain et du chemin de Chambord.

La CSD revient à la charge après avoir essuyé un refus de Québec pour ce projet d’ajout d’espace en 2018. Les enfants du quartier fréquentent actuellement des établissements situés jusqu’à sept kilomètres plus au sud, soit les écoles Carle et des Cépages. De plus, autant l’école du Cheval-Blanc, ouverte depuis à peine six mois ; que la future école de Val-des-Monts, qui accueillera ses premiers élèves en septembre, atteindront très rapidement leur capacité d’accueil.

« Le député Bussière nous appuie dans ce projet-là. Cette réunion-là, c’est pour s’assurer que le dossier soit toujours sur le feu, que la députation puisse faire les revendications nécessaires au ministère pour qu’on puisse obtenir cette école-là. On a un entrepreneur prêt à nous offrir le terrain et un projet domiciliaire s’en vient. On ne doit pas attendre qu’il soit complété pour dire qu’il n’y a pas de place pour les élèves. Il faut prévoir le coup, car il y a toujours en moyenne un horizon de deux ans pour l’autorisation et la construction d’une école », lance le président de la CSD, Claude Beaulieu.


«  Si le gouvernement accepte la construction de l’école, l’administration est ouverte à l’idée. La Ville va s’ajuster en fonction de ce qui est décidé par le ministère.  »
Pierre Lanthier, conseiller

Si Québec donne le feu vert, l’institution pourrait ouvrir ses portes au plus tôt à l’automne 2021.

Le promoteur CDM Construction projette, rappelons-le, de développer un quartier résidentiel de quelque 1200 portes. L’entrepreneur Claude Montreuil a accepté de donner une parcelle de terrain à la CSD.

Une pétition en ligne lancée par l’Association des résidents de Bellevue-Nord recueillait quelque 210 signatures lundi et les instigateurs espèrent atteindre la barre des 600 noms.

« C’est un besoin essentiel. L’entrepreneur nous offre gratuitement quatre acres de terrain et tous les élèves seraient des marcheurs. C’est de l’argent économisé. On a des appuis partout, alors je ne vois pas pourquoi le ministère ne donnerait pas son aval. Toutes les cartes sont sur la table », de dire le président de l’association, Marc Champagne.

Le conseiller Pierre Lanthier, qui répète qu’il est en faveur de ce projet dont il a beaucoup entendu parler en campagne électorale, soutient que le financement du ministère de l’Éducation sera l’élément-clé pour la suite du processus. Un changement de zonage est nécessaire puisque la portion au sud de Chambord fait partie de l’une des cinq aires d’aménagement différé à Gatineau. Il s’agit de zones « réservées pour développement futur et ne peuvent pas faire l’objet de développement sans modification au schéma d’aménagement ».

« C’est un enjeu pour lequel il faudra travailler avec les services municipaux, mais chose certaine, si le gouvernement accepte la construction de l’école, l’administration est ouverte à l’idée. La Ville va s’ajuster en fonction de ce qui est décidé par le ministère. Pour le projet résidentiel, on doit démontrer que techniquement on ne peut plus construire ailleurs », affirme l’élu.

Le député Bussière étant en convalescence, c’est son collègue Mathieu Lévesque qui pilotera ce dossier. Une pétition sera éventuellement déposée à l’Assemblée nationale, indique-t-on.