SI la commission scolaire va de l’avant avec son projet de division des cycles scolaires dans deux écoles d’Aylmer, les élèves de la maternelle à la 2e année seraient installés dans une école tandis que ceux de la 3e à la 6e année iraient dans l’autre.

Non à la séparation des cycles

Des parents d’écoliers à Gatineau demandent à la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) de ne pas aller de l’avant avec le projet de division des cycles scolaires dans deux écoles élémentaires du secteur Aylmer puisque des frères et sœurs risquent d’être séparés.

Les écoles affectées sont l’école des Tournesols sur la rue de la Fabrique et la nouvelle école 035 qui ouvrira ses portes l’année prochaine sur la rue du Raton-Laveur, à un peu plus d’un kilomètre de distance.

Des élèves de la maternelle à la 2e année seraient installés dans une école tandis que ceux de la 3e à la 6e année iraient dans l’autre. 

La mesure, qui s’échelonnerait sur trois ou quatre ans, soit le temps que l’école 035 voit son nombre d’élèves croître, est loin de plaire à certains parents, dont Gabrielle Rivest, mère de deux garçons qui fréquentent l’école des Tournesols.

« J’ai un garçon à la maternelle et l’autre en 2e année. La décision m’affectera l’année prochaine puisque mes garçons seront à deux écoles différentes », a expliqué Mme Rivest.

Cette situation l’empêchera donc d’aller chercher ses enfants sur l’heure du midi puisqu’elle devra se rendre à deux écoles pour les récupérer.

« Ils n’ont qu’une heure et quart pour le dîner. C’est peu de temps pour faire les trajets, aller manger et les reconduire ensuite », a précisé Mme Rivest.

La situation se compliquera aussi en matinée pour aller conduire les enfants et à la fin des classes pour aller les rechercher. Ce sera le double du temps pour les parents, qui en bénéficient déjà de peu, et ça enlèverait aussi du temps pour les devoirs, les soupers et les moments en famille, fait-on valoir.

« Le temps pendant lequel mes enfants sont très jeunes et à l’école, je trouve nécessaire qu’ils puissent s’appuyer sur l’un et l’autre, de savoir qu’ils peuvent se fier au moins sur une personne dans la cour d’école », a aussi argumenté Mme Rivest, qui suggère à la CSPO d’agrandir ses bassins afin d’avoir deux écoles avec suffisamment d’élèves.

Une pétition a été lancée, et le député/ministre de Pontiac, André Fortin, a été mis au courant du dossier.

La CSPO doit réagir sur la question au cours des prochaines heures.