Le député de Pontiac, André Fortin, Isabelle Lebrun (au micro), administratrice du Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance, et Valérie Grenon, présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec.

Mobilisation des CPE: Pétition contre la maternelle 4 ans

Des acteurs du réseau de la petite enfance en Outaouais font front commun afin de faire reculer le gouvernement Legault sur le déploiement universel de la maternelle 4 ans.

Dans le cadre d’une tournée de mobilisation qui aura fait le tour de 14 régions du Québec d’ici le 20 mars, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) et le Conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance (CQSEPE) étaient de passage en Outaouais, lundi, pour faire circuler une pétition demandant au gouvernement caquiste de faire marche arrière quant à sa promesse phare de la dernière campagne électorale. 

Dans la foulée de cette journée d’action régionale, les responsables en service éducatif en milieu familial public étaient invités à solliciter les parents afin que ceux-ci signent la pétition en question lancée en décembre et marrainée par la députée péquiste de Joliette, Véronique Hivon. La pétition avait récolté plus de 20 660 signatures, en milieu d’après-midi, lundi.

À LIRE AUSSI: 250 nouvelles classes de maternelle 4 ans créées dès l’an prochain

«On offre déjà au Québec un réseau (de CPE) exceptionnel qui est admiré partout dans le monde. Puis là, plutôt que d’investir de l’argent pour consolider ce réseau-là et lui permettre de travailler en collaboration avec davantage de spécialistes au niveau de la santé et des services sociaux, on veut réinvestir des millions, des millions et des millions supplémentaires dans un autre réseau alors que nous avons déjà quelque chose qui demande juste à être consolidé. C’est assez fascinant», a lancé Isabelle Lebrun, administratrice du CQSEPE, lors d’une conférence tenue à l’intérieur des murs du CPE Trois Petits Points, dans le secteur Masson-Angers.

Les intervenants derrière la mobilisation s’expliquent mal la volonté du gouvernement Legault de vouloir aller de l’avant avec la maternelle 4 ans pour tous, une mesure qui doit servir à dépister les troubles d’apprentissage plus tôt chez les enfants. 

Les Centres de la petite enfance sont déjà outillés pour faire ce travail, clame Mme Lebrun.

«Dans les CPE, on dépiste tous les jours. On travaille en se basant sur les observations qu’on fait des enfants. L’éducatrice observe l’enfant, en discute en équipe, en discute avec sa supérieure. Ensuite, si on observe que cet enfant-là présente des besoins, on n’a pas d’attentes à avoir. On rencontre les parents, on vérifie avec eux s’ils croient que c’est important d’aller voir pour des services. Si l’enfant a des besoins qui sont vraiment importants, on n’a même le droit à certaines subventions qui nous permettent d’aller chercher des services supplémentaires qui nous permettent l’intégration de cet enfant», a-t-elle affirmé.