Mathématiques: les élèves ontariens apprendront à coder et à établir un budget

Le gouvernement ontarien a décidé d’apporter des changements importants au curriculum de mathématiques pour les élèves du primaire. Dès septembre, ils apprendront entre autres à faire du codage, à budgéter et à gérer leur anxiété.

Le curriculum de mathématiques n’avait pas été mis à jour depuis 2005 en Ontario. 

Dans le cadre du nouveau programme, tous les élèves apprendront dorénavant le codage, et ce, dès la première année.

Ils seront aussi exposés à des exemples pratiques et actuels pour comprendre les liens entre les mathématiques et la vie quotidienne. Pour ce faire, ils apprendront entre autres à établir un budget personnel. 

Lorsqu’ils apprendront les notions d’algèbre, par exemple, les élèves composeront avec des questions comme le coût d’un repas. 

Un autre exemple approprié avec l’ère actuelle serait celui où l’élève apprendra à diviser la cour d’école pour maximiser l’espace et pratiquer la distanciation physique entre les élèves. 

Le but sera d’associer les concepts appris avec la vraie vie, a indiqué le ministre de l’Éducation Stephen Lecce en conférence de presse. « J’ai choisi ce curriculum parce qu’il permet de s’ajuster au marché du travail. »

Ne plus avoir peur de faire des erreurs

Plusieurs adultes s’en souviendront, les défaites et les mauvaises notes dans l’apprentissage des mathématiques peut être une grande source d’anxiété, surtout à un si jeune âge. 

Le ministère de l’Éducation a décidé de mettre des outils à la disposition des élèves pour mieux gérer leur stress et pour leur permettre de se sentir plus « capables » et aptes à surmonter les obstacles. 

Cette approche pour appuyer la confiance en soi des élèves ontariens et pour promouvoir la persévérance scolaire a été composée par des experts en santé mentale, entre autres, pour que les élèves apprennent que « faire une erreur, ça se surmonte ». 

Pour la première fois, le programme de mathématiques en Ontario comprendra la littératie financière dans toutes les années d’études. 

Ce nouveau programme en mathématiques du gouvernement ontarien est issu d’une stratégie de quatre ans qui vise à améliorer le rendement et préparer les élèves pour l’avenir. 

La mise à jour du curriculum survient également après une décennie de déclins quant aux résultats des élèves en mathématiques. « L’ancien programme de mathématiques était un échec », juge le premier ministre Doug Ford. 

Il y a deux ans, l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) avait dévoilé que les élèves du primaire performaient de moins en moins bien à l’examen provincial de mathématiques, et ce, depuis cinq ans. 

Le gouvernement Ford annulera les examens de l’OQRE pour les élèves en troisième et sixième année, pour la prochaine année scolaire.

Cela permettra aux élèves et aux enseignants de s’adapter au nouveau programme-cadre, a fait savoir le ministre Lecce. 

Du matériel scolaire sera disponible sur le Web, cet été, afin que les enseignants s’informent sur le nouveau programme.

+

«Bonne idée, mauvais timing», dit l'AEFO

«Je ne vois pas comment on va réussir», s’inquiète Rémi Sabourin, président de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), au sujet du nouveau curriculum de mathématiques pour les élèves du primaire. 

S'il ne nie pas l’importance de ce changement, il déplore le «timing» de ce plan tout frais, qui doit être mis en place dès la rentrée scolaire, en septembre. 

Le président de l'AEFO, Rémi Sabourin.

Selon lui, cette tâche sera tout simplement impossible à réaliser pour les enseignants de la province, qui doivent déjà jongler avec les nouveaux protocoles de santé et de sécurité. «On ne sait même pas encore quel modèle de classes (en personne, en ligne ou hybride) on devra mettre sur pied à la rentrée.»

Le ministre de l’Éducation Stephen Lecce a affirmé que les enseignants devront recevoir, avant la rentrée scolaire, des formations obligatoires pour s’adapter au nouveau curriculum. 

Ces formations comprendraient notamment l’apprentissage du codage, la littératie financière et la mise à la disposition aux élèves d’outils pour mieux gérer leur stress lié aux mauvais résultats scolaires en mathématiques. 


« Je vois les enseignants partir en vacances, et d’apprendre ça cet après-midi, ça ne va que faire monter le niveau d’anxiété. Les Ontariens ont vécu des mois tellement difficiles. »
Rémi Sabourin, président de l'AEFO

Le président de l’AEFO craint que ce soit impossible, et il ajoute que les enseignants n’auront qu’une seule journée pédagogique pour se préparer à l’arrivée des élèves dans leurs classes, et qu’ils n’auront jamais le temps de tout apprendre aussi rapidement. 

«Je vois les enseignants partir en vacances, et d’apprendre ça cet après-midi, ça ne va que faire monter le niveau d’anxiété. Les Ontariens ont vécu des mois tellement difficiles.»

M. Sabourin rappelle que malgré le fait que plusieurs éléments du nouveau curriculum, dont le codage, étaient déjà enseignés à plusieurs endroits, il est satisfait du contenu de ce programme-cadre en mathématiques de la province. «Il y a des choses intéressantes. Mais il y a tellement de questions.»

Les élèves francophones performent bien

L’une des raisons mentionnées par le ministre Lecce pour l’exécution aussi rapide de son nouveau programme-cadre est que les élèves de l’Ontario ne réussissent pas bien dans les examens du ministère en mathématique. 

Il a d’ailleurs affirmé que 48% des élèves de sixième année ont échoué à l’examen de l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE). 

Toutefois, M. Sabourin remarque que dans les écoles de langue française, les élèves ont plutôt réussi à 82%. 

Raison de plus pour prendre son temps afin de faire mieux les choses, juge le président de l’AEFO.