Le président de la Commission scolaire des Draveurs affirme que les écoles n'ont «pas de place» pour accueillir à grande échelle des écoliers de quatre ans.

Maternelle à quatre ans: «Nous n’avons pas de place» dit la CSD

Le président de la Commission scolaire des Draveurs (CSD), Claude Beaulieu, « voit drôlement comment on pourrait offrir mur à mur » des classes de maternelle 4 ans dans toutes les écoles de la province dans le contexte actuel. Du moins, croit-il, impossible de le faire à grande échelle dans un horizon de moins d’une décennie.

« Nous n’avons pas de place, c’est aussi simple que ça. Uniquement sur notre territoire, ça représenterait des locaux équivalents à trois écoles de plus. Avant d’aller de l’avant, il faudrait qu’on commence par nous accorder les écoles qu’on demande, bonifier énormément les budgets pour la construction de nouvelles écoles. L’achat de terrains, c’est déjà une opération incroyable et complexe. Nous ne sommes pas prêts à offrir ça demain matin, surtout qu’une école ça ne se construit pas en criant ciseau. Et dans un contexte de pénurie d’enseignants, ça va prendre bien plus longtemps que cinq ans. On parle d’un horizon d’au moins dix ans, selon moi », a-t-il réagi d’emblée.

M. Beaulieu renchérit en rappelant qu’un récent sondage Léger, réalisé pour le compte de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), démontre qu’à coût et accès égal, les parents préfèrent les CPE (49 %) à la maternelle 4 ans (19 %). Selon lui, le modèle actuel, qui privilégie l’implantation de la maternelle 4 ans en milieu défavorisé, s’avère efficace.

« C’est une promesse populiste, selon moi. En général, les projets proposés par la CAQ ne sont pas nécessairement mauvais, mais ils ne nous consultent pas, n’ont pas la bonne lecture du milieu. C’est un peu comme l’annonce de cette semaine à l’effet que deux périodes de récréation de 20 minutes seront maintenant obligatoires dans les écoles. Tout le monde est d’accord qu’il faut plus d’activité physique pour les jeunes, mais on ne nous a pas demandé notre avis sur le comment. Il faut plus de collaboration entre les partenaires », soutient le président de la CSD.

À la CSD, on dénombre présentement quatre classes de maternelle 4 ans, toutes regroupées à l’école La Source.

« L’équation »

De son côté, le président de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO), Mario Crevier, se dit prêt à collaborer avec le ministère et à donner la chance au coureur, si les conditions gagnantes sont réunies.

« On est prêt à collaborer et à mettre ces classes-là en place s’il le faut, mais il faudra trouver les locaux et les enseignants. Si l’équation est là, ça va fonctionner. On prévoit déjà de tels locaux dans nos nouveaux projets (par exemple la construction de l’école primaire 036 dans le secteur du Plateau ainsi que l’agrandissement de l’école Parc-de-la-Montagne). On tend la main, mais les ressources doivent suivre, sinon on devra attendre une année de plus », lance-t-il.

À la CSPO, des classes de maternelle 4 ans sont offertes dans six écoles, dont Jean-de-Brébeuf, Notre-Dame et Saint-Rédempteur.

Rappelons que le projet de loi 5 modifiant la Loi sur l’instruction publique et d’autres dispositions à l’égard des services de l’éducation préscolaire destinés aux élèves âgés de 4 ans a été déposé jeudi par le gouvernement Legault. Ses mesures pourront entrer en vigueur dès l’année scolaire 2020-2021.