Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
À la suite du retrait des masques jugés risqués pour la santé dans les écoles et les garderies du Québec, le Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO) et le Syndicat du soutien scolaire de l’Outaouais (SSSO) se sont montrés préoccupés dimanche au sujet du processus de sélection des équipements de protection contre la COVID-19 distribués dans le réseau scolaire.
À la suite du retrait des masques jugés risqués pour la santé dans les écoles et les garderies du Québec, le Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO) et le Syndicat du soutien scolaire de l’Outaouais (SSSO) se sont montrés préoccupés dimanche au sujet du processus de sélection des équipements de protection contre la COVID-19 distribués dans le réseau scolaire.

Masques: des syndicats en Outaouais préoccupés par le processus de sélection   

Claudia Blais-Thompson
Claudia Blais-Thompson
Le Droit
Article réservé aux abonnés
À la suite du retrait des masques jugés risqués pour la santé dans les écoles et les garderies du Québec, le Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO) et le Syndicat du soutien scolaire de l’Outaouais (SSSO) se sont montrés préoccupés dimanche au sujet du processus de sélection des équipements de protection contre la COVID-19 distribués dans le réseau scolaire.

Les masques SNN200642, du fournisseur Metallifer, ont fait l’objet d’un avis de Santé Canada jeudi, et le lendemain, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec a publié un communiqué dans lequel il indiquait qu’en plus d’en cesser la distribution, il demandait aux réseaux d’entreposer dès lors les boîtes de masques dans un endroit sécuritaire et isolé.

« C’est la goutte qui s’ajoute au vase déjà trop plein », a lancé la présidente du SEO en entrevue avec Le Droit, Suzanne Tremblay. C’est comme ça que les enseignants ont reçu ça. On leur donne du matériel de protection, mais on ne fait pas les contrôles nécessaires avant de leur donner du matériel de protection. De sorte qu’on ne sait jamais si on est bien protégé. Ça vient augmenter encore plus le stress et l’anxiété qui sont déjà bel et bien présents dans cette troisième vague qui s’amorce. »

Suzanne Tremblay

De son côté, le SSSO se questionne notamment sur le processus de sélection pour les équipements de protection individuelle par le gouvernement.

« Ce qu’on semble comprendre dans cette situation-là, c’est qu’il y a certains appels d’offres ou des achats regroupés. C’est des précisions qu’on aimerait avoir », a indiqué le président du SSSO, Simon Dostie-Cormier.

Mme Tremblay considère par ailleurs que cette situation relance la question sur la vaccination dans le milieu scolaire. Plus tôt cette semaine, le SEO a joint sa voix à la Fédération autonome de l’enseignement pour réclamer une vaccination ciblée des élèves, des parents et du personnel scolaire.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a aussi réitéré son appel pour que les travailleurs des écoles et des services de garde soient vaccinés en priorité.

« Ça (la vaccination) serait la plus belle nouvelle qu’ils ne pourraient pas recevoir », croit Mme Tremblay. Alors qu’on pensait qu’on était protégé, on se fait dire qu’on porte quelque chose de toxique. Ça relance le débat de la vaccination. On voit énormément de gens qui l’écrivent sur les réseaux sociaux. »

Le MSSS a précisé que des masques provenant d’autres fournisseurs sont disponibles pour assurer la continuité des services, mais la présidente de la CSQ, Sonia Éthier, demande au gouvernement de garantir au personnel que du matériel conforme soit accessible dans toutes les écoles et garderies dès lundi et de fermer les établissements où le matériel de protection ne serait pas conforme.

Simon Dostie-Cormier

Mme Tremblay assure que les différents centres de services scolaires de l’Outaouais seront en mesure de fournir lundi matin des masques adéquats aux travailleurs en milieu scolaire.

« On nous dit qu’on va être en mesure de nous fournir des masques conformes. On va s’assurer de ça demain », affirme pour sa part M. Dostie-Cormier.

Si le SEO réclame un « plan de match clair » ce dernier demande plutôt au gouvernement Legault de tenir un registre d’achats et de distribution quant aux équipements de protection contre la COVID-19 afin « d’éviter ce genre de situation. »

« C’est quoi le processus de sélection? Est-ce qu’il y a une vérification de conformité? Pour nous, c’est très important. Nos gens sont en premières lignes dans le réseau et ils doivent se sentir en sécurité. »

En décembre dernier, le ministère de la Famille avait dû demander le retrait de masques non conformes qui étaient utilisés depuis des mois par les services de garde de la province.

À l’époque, c’est la filtration du masque qui était en cause, puisqu’elle n’était pas 100 % du temps efficace.

Avec La Presse Canadienne