La Fédération des enseignantes et des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario est en position de grève légale depuis lundi, mais elle doit donner un préavis de cinq jours avant tout débrayage - ce qu’elle n’a pas fait jusqu’ici.

Mandat de grève pour les enseignants anglophones du secondaire en Ontario

TORONTO — Le syndicat représentant le réseau anglophone des enseignants du secondaire en Ontario annonce que ses membres ont voté à 95 % pour le déclenchement d’une grève au moment jugé opportun.

La même Fédération des enseignantes et des enseignants des écoles secondaires de l’Ontario représente également d’autres travailleurs du secteur de l’éducation, qui ont accordé à 92 % un mandat de grève à leur exécutif syndical.

La Fédération est en position de grève légale depuis lundi, mais elle doit donner un préavis de cinq jours avant tout débrayage - ce qu’elle n’a pas fait jusqu’ici.

Cette ronde de négociations est particulièrement tendue avec le gouvernement conservateur de Doug Ford, qui tente d’imposer des plafonds aux augmentations de salaire pour les travailleurs du secteur public et de hausser le nombre d’élèves par classe, ce qui se traduirait par des milliers d’enseignants en moins dans le système. Trois des quatre principaux syndicats d’enseignants de l’Ontario se préparent actuellement au déclenchement éventuel d’une grève.

À LIRE AUSSI: Des négociations «assez difficiles» du côté des enseignants francophones de l'Ontario

Les enseignants du primaire doivent amorcer le 26 novembre une grève du zèle qui devrait cibler les tâches administratives au ministère et dans les conseils scolaires, mais pas les salles de classe, promet-on. Les enseignants catholiques ont déjà voté à 97 % pour un mandat de grève, bien qu’ils ne soient pas encore en position de grève légale. De leur côté, les enseignants du réseau français négocient avec le gouvernement Ford.

Les 55 000 travailleurs de l’éducation en Ontario membres du Syndicat canadien de la fonction publique ont ratifié au début du mois, dans une proportion de 79 %, l’entente de principe qui avait permis d’éviter de justesse une grève en octobre dans près de 25 conseils scolaires. Ces préposés à l’entretien, éducateurs de la petite enfance, préposés à l’alimentation et autres travailleurs de l’éducation bénéficieront d’une augmentation de salaire de 1,0 % par année pendant trois ans, mais cette hausse devra être indexée à celle qui sera éventuellement consentie aux enseignants.