Mandat de grève de trois jours pour les enseignants de l'Outaouais

La frustration des enseignants de la région monte d'un cran.
Environ un millier de membres du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO) ont emboîté le pas à leurs collègues d'un peu partout en province mercredi soir en se prononçant en faveur d'un mandat de grève de trois jours dans une proportion de 91,4 %.
Le dépouillement des bulletins de vote s'est terminé vers 22h.
Le débrayage des enseignants, qui se veut une façon se protester contre les offres patronales de Québec, aura lieu au début de la prochaine année scolaire. 
« Nous étions confiants pour le résultat du vote, mais j'avoue que c'est au-delà de nos espérances. Ça lance un message clair au gouvernement et à la population. On va se tenir debout dans cette négociation », lance le président du SEO, Claude Tardif. 
Il précise que la situation sera analysée et que les trois jours de grève ne seront pas nécessairement consécutifs. Il pourrait aussi s'agir de six demi-journées. Il pourrait aussi s'agir de six demi-journées. «On pourrait choisir de faire ça le 30 septembre, jour où le ministère fait le décompte des effectifs dans les écoles. Notre but, c'est de déranger le gouvernement le plus possible», ajoute-t-il.
Le SEO représente quelque 4000 membres répartis dans trois commissions scolaires de la région. La convention collective des enseignants est échue depuis le 31 mars.