La présidente du Syndicat des professeurs de l'Université du Québec en Outaouais, Louise Briand (à gauche)

Louise Briand relevée de ses fonctions au c.a. de l'UQO

La tension règne entre la CSN et le conseil d'administration de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) alors que la présidente du Syndicat des professeures et professeurs de l'Université du Québec en Outaouais (SPUQO), Louise Briand, a été relevée de ses fonctions au sein du conseil, affirme la CSN.
Selon la Fédération des professionnèles (NDLR : néologisme du syndicat) de la CSN, Mme Briand, qui représente le corps professoral à la table du conseil, a provisoirement perdu son siège à la suite d'une plainte anonyme logée le 4 mai dernier auprès du Comité de gouvernance et de déontologie du conseil d'administration de l'UQO.
Mme Briand avait contesté les choix budgétaires de la direction de l'UQO ainsi que certaines orientations « qui vont à l'encontre de la mission » de l'institution lors d'une récente séance du conseil d'administration, selon le syndicat. 
« Louise Briand questionne notamment le fait que des acquisitions d'immobilisations sont faites au détriment du soutien à l'enseignement, de l'offre de cours, du développement de nouveaux programmes et de l'appui à la recherche », a précisé la FP-CSN dans une lettre. Selon la CSN, la voix de Mme Briand au sein du conseil d'administration « dérange » et des membres du conseil « n'accepteraient pas la critique ». 
Dans sa lettre, la FP-CSN allègue que Mme Briand, professeure en sciences comptables, a été « la cible d'une attaque frontale de la part du Comité », et qu'elle a été suspendue sans pouvoir plaider sa cause. Son mandat pourrait ultimement être révoqué, allègue la FP-CSN.
Gilles Mailloux, porte-parole à l'UQO, a indiqué que la direction de l'Université ne pouvait commenter l'affaire.
« S'il y a effectivement une enquête, on se doit de respecter la confidentialité de la chose. On ne peut pas, nous, publiquement confirmer ou infirmer qu'une personne fait l'objet d'une plainte de la part de membres du conseil d'administration. On se doit de respecter les lois et les règlements », a-t-il précisé.