La ministre ontarienne de l'Éducation, Lisa Thompson

L’Ontario annonce des réformes majeures en éducation

TORONTO — L’Ontario augmente le nombre d’élèves dans les classes de niveau secondaire et présente un nouveau programme d’éducation à la sexualité qui permettra le retour à l’enseignement de l’identité de genre et du consentement dès cet automne.

Le gouvernement progressiste-conservateur implante également un nouveau programme de mathématiques, interdit officiellement les téléphones portables dans les classes et entreprend de réviser les processus d’embauche des enseignants dans le cadre de sa réforme de l’éducation annoncée vendredi.

« Notre plan va moderniser la salle de classe, protéger l’avenir de notre système d’éducation et faire en sorte que les étudiants ontariens développent les compétences dont ils ont besoin pour se bâtir une vie, une famille et créer des entreprises prospères », a déclaré la ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, lors d’une conférence de presse à Toronto.

Le gouvernement mène des consultations depuis janvier concernant la taille des classes et les processus d’embauche des enseignants. Il demande notamment si la taille limite stricte des classes doit demeurer.

Vendredi, la province a annoncé qu’elle allait augmenter la limite du nombre d’élèves par classe au niveau secondaire, passant de 22 à 28.

Selon le rapport, les écoles secondaires ontariennes ont actuellement l’un des ratios élèves-enseignant les plus bas au pays et la croissance des groupes va s’effectuer graduellement sur quatre ans.

« Aucun enseignant, pas un, ne va perdre son emploi à cause de notre stratégie sur la taille des classes », a déclaré Mme Thompson, sans toutefois préciser si la province allait miser sur l’attrition pour réduire ses coûts.

L’augmentation des ratios d’élèves par classe n’affecte pas les niveaux maternelle et primaire.

Le nouveau programme d’éducation sexuelle vient remplacer le cours provisoire imposé à la suite de l’élection du Parti progressiste-conservateur qui était basé sur du contenu datant de 1998. Les conservateurs s’opposaient au programme mis en place par les libéraux en 2015 qui traitait du consentement, de l’intimidation en ligne, du sextage, des relations homosexuelles et de l’identité de genre.

Selon le gouvernement, le nouveau cours d’éducation sexuelle va aborder la notion de consentement en 2e et 3e années du secondaire. Puis, l’identité et la diversité de genre seront discutées en 8e année. Les thèmes de l’abstinence, de l’image corporelle et de la consommation de cannabis figureront également au cursus.

Les parents auront toujours la possibilité de choisir de ne pas exposer leurs enfants à certains thèmes abordés dans le cours d’éducation à la sexualité. Le ministère va publier en ligne des modules afin de guider les parents qui souhaitent discuter de sexualité avec leurs adolescents à la maison. Tout le curriculum doit être publié en mai et enseigné dans les écoles en septembre.

Le programme d’enseignement révisé sur l’histoire des Premières Nations, des Métis et des Inuits, élaboré en collaboration avec des membres des communautés autochtones, sera dévoilé en mai et implanté en septembre.