L’équipe de négociation du Syndicat canadien de la fonction publique a annoncé que 79 % des 55 000 membres avaient voté en faveur de l’entente de principe.

Les travailleurs de l'éducation en Ontario ratifient l’entente de principe

TORONTO — Les travailleurs de l’éducation en Ontario ont ratifié l’entente de principe qui avait permis d’éviter de justesse une grève il y a un mois, a indiqué lundi leur syndicat.

L’équipe de négociation du Syndicat canadien de la fonction publique a annoncé que 79 % des 55 000 membres avaient voté en faveur de l’entente de principe.

En vertu de cet accord, les travailleurs bénéficieront d’une augmentation de salaire de 1,0 % par année pendant trois ans. L’entente ramènera également une enveloppe de 58,3 millions $ utilisée principalement pour les aides-enseignants qui travaillent avec des élèves présentant des besoins particuliers. Laura Walton, chef de l’unité de négociation du SCFP, a déclaré que l’entente incluait aussi une clause de parité garantissant que les hausses de salaire correspondront aux augmentations consenties aux enseignants de la province, qui sont actuellement en négociations.

Si ces 55 000 préposés à l’entretien, éducateurs de la petite enfance, préposés à l’alimentation et autres travailleurs de l’éducation avaient débrayé le 6 octobre dernier, deux douzaines de commissions scolaires auraient dû fermer leurs portes.

Mme Walton a déclaré que les négociations se déplacent maintenant à 109 tables locales, qui se concentreront sur des questions telles que l’équité salariale et les horaires.

Pendant ce temps, les trois syndicats représentant les enseignants de l’élémentaire et du secondaire sont aussi en négociations pour le renouvellement de leur convention collective. Les enseignants et les travailleurs de l’éducation du primaire ont voté à 98 % en faveur d’une grève, bien que le syndicat n’ait pas prévu de calendrier. Les syndicats représentant les enseignants du secondaire et des écoles catholiques tiennent eux aussi des votes de grève cette semaine.