Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Arnaud Bédard
Arnaud Bédard

Les récipiendaires des bourses d’études Véronic DiCaire ont été dévoilés

Marc-Olivier Cook
Marc-Olivier Cook
Étudiant au collège La Cité — Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Arnaud Bédard et Laurie Boucher sont les deux récipiendaires des bourses d’études données par la Fondation Véronic DiCaire visant à faire rayonner la francophonie dans leurs communautés respectives.

Comme chaque année depuis neuf ans, l’organisme de charité de la chanteuse originaire d’Embrun a décerné deux bourses d’études à des étudiants du collège La Cité à Ottawa. Ces prix, d’une valeur de 2 500 $ chacun, sont remis annuellement à des élèves qui se démarquent par leur contribution et leur engagement envers la culture et la langue française.

Tout un bagage

Arnaud Bédard a une fiche de route assez garnie. L’étudiant originaire de Rouyn-Noranda, tout récemment diplômé en radiodiffusion au collège La Cité, s’est impliqué sérieusement dans sa communauté dès l’âge de 12 ans.

Alors qu’il était en 3e secondaire, il a reçu la médaille du lieutenant-gouverneur, un honneur habituellement décerné à des étudiants de 5e secondaire. Animateur de galas méritas, il a toujours fait partie du conseil des élèves.

«J’ai été présent dans tous les comités possibles imaginables», a-t-il confié.

Depuis 2017, il fait de la télévision communautaire à Rouyn-Noranda, si bien qu’il anime même sa propre émission chez TVC9. Il a réalisé quelque 100 émissions ayant comme objectif de mettre en valeur la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Passionné, le jeune homme souhaite continuer de faire ce qu’il aime dans les prochaines années, tout en protégeant la langue française.

Persévérance

Laurie Boucher a tramé dur pour se rendre où elle est aujourd’hui puisqu’elle avait beaucoup de difficultés académiques au secondaire.

Laurie Boucher

Sportive de nature, la jeune femme originaire de L’Orignal, dans l’Est ontarien, a entraîné de jeunes patineurs artistiques pendant très longtemps, un sport qu’elle a elle-même pratiqué lors de sa jeunesse.

Son arrivée au collège La Cité a fait en sorte qu’elle trouve une autre passion, celle de faire une différence dans la vie des gens. Dès sa première année, elle a été nommée représentante de classe et agit depuis à titre de représentante de son secteur institut des services d’urgences juridiques.

«Ç’a été beaucoup plus difficile de s’impliquer cette année à cause de la COVID-19» a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique.

Un peu à l’image d’Arnaud, elle veut elle aussi continuer à faire bouger les choses et rapporter une reconnaissance de la langue française dans son petit coin de pays.