Les moyens de pression des enseignants du primaire et du secondaire de l'Ontario ne devraient pas affecter la qualité de l’environnement d’apprentissage des élèves.

Les enseignants amorcent une grève du zèle en Ontario

TORONTO — Les enseignants des écoles primaires et secondaires publiques de l’Ontario n’effectuent plus certaines tâches administratives depuis mardi, dans le cadre d’une grève du zèle.

Ils affirment que des mois de négociations contractuelles avec le gouvernement ont produit peu de progrès.

Les tâches que les enseignants cessent d’exercer comprennent l’ajout de commentaires sur les bulletins, la participation à certaines réunions et la participation aux tests provinciaux.

Le président de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario, Harvey Bischof, a déclaré que rien n’affecterait la qualité de l’environnement d’apprentissage des élèves.

Le syndicat a prévu des pourparlers avec la province mercredi et jeudi, et M. Bischof a déclaré qu’il était possible que la grève s’intensifie par la suite.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a déclaré que le gouvernement avait été raisonnable dans les négociations contractuelles, réduisant l’augmentation du nombre d’élèves par classe et les exigences obligatoires en matière d’apprentissage en ligne.

Le printemps dernier, le gouvernement a annoncé qu’il augmentait le nombre moyen d’élèves par classe au secondaire de 22 à 28 en quatre ans et exigeait quatre crédits en ligne pour l’obtention du diplôme. Au cours des dernières semaines, il a offert que l’augmentation du nombre d’élèves par classe soit plutôt de 25 et a ramené les exigences en matière d’apprentissage en ligne à deux cours.