Au total, quatre classes seront aménagées au sein de la nouvelle aile de l’école Maria-Goretti.

L’école Maria-Goretti sera agrandie

L’école primaire Maria-Goretti, à Thurso, pourra accueillir une centaine d’élèves supplémentaires. Le député de Papineau, Alexandre Iracà, a annoncé lundi l’octroi par son gouvernement d’un investissement de près de 4 millions de dollars afin de financer l’agrandissement de l’établissement.

Cette aide financière s’inscrit à l’intérieur de l’enveloppe de 2,3 milliards de dollars pour la rénovation, l’agrandissement et la construction d’écoles 2018-2019 annoncée le 31 mai dernier par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), Sébastien Proulx.

Au total, quatre classes seront aménagées au sein de la nouvelle aile de l’édifice de la rue Victoria, à Thurso. Les travaux de construction s’amorceront ces prochains mois et devraient être terminés à temps pour la rentrée scolaire 2020.

« Cet agrandissement va faire en sorte que nous allons pérenniser le secteur et que les parents pourront inscrire leurs enfants à leur école de quartier. C’est excessivement important pour les jeunes de la Petite-Nation et de Thurso », a déclaré M. Iracà, lors de l’annonce.

Avec ses quelque 240 élèves, l’école primaire Maria-Goretti, dont la construction remonte à 1956, est à pleine capacité actuellement, si bien que de nombreuses familles de Thurso sont obligées d’envoyer leur enfant fréquenter des écoles de municipalités voisines. Cette situation s’explique par la forte croissance résidentielle que vit la municipalité où plus de 500 nouvelles portes ont été construites sur le territoire depuis cinq ans.

Rappelons que des enseignants, membres du personnel, élus, parents et élèves s’étaient rassemblés le 4 avril dernier devant l’école pour créer une chaîne humaine, dans le but de convaincre Québec de la nécessité d’augmenter la superficie des lieux.

Avec l’ajout de quatre classes, l’école Maria-Goretti, qui dessert également les élèves des villages voisins de Lochaber-Ouest et Lochaber-Canton, deviendra ainsi l’une des écoles primaires du territoire de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées avec le plus grand bassin de fréquentation, s’est réjoui le maire de Thurso, Benoît Lauzon.

« Plusieurs gens venaient nous voir à l’hôtel de ville parce qu’ils étaient inquiets de devoir envoyer leur enfant dans un autre milieu de vie. C’est une très bonne nouvelle pour toute la communauté de Thurso et pour les municipalités environnantes », a affirmé M. Lauzon.

Initialement, la demande la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées pour ce projet d’agrandissement était chiffrée à 1,9 million de dollars. M. Iracà a précisé que le projet avait finalement été bonifié après avoir été révisé au cabinet du ministère de l’Éducation. Les nouveaux locaux seront notamment « spacieux, modernes et au goût du jour », a-t-il confirmé.

Le secteur Buckingham devra attendre
Par ailleurs, si la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) vient de faire un gain à Thurso, sa demande de financement pour la construction d’une nouvelle école primaire dans le secteur de Buckingham, sur le même terrain que l’école secondaire Hormisdas-Gamelin, n’a pas été retenue. Le vice-président de la CSCV, Sylvain Tremblay, a salué l’investissement annoncé pour Thurso. Il estime toutefois que l’implantation d’une école supplémentaire à Buckingham, un projet évalué à 13 millions de dollars, doit maintenant être considérée comme une priorité afin que la commission scolaire puisse équilibrer ses bassins d’élèves dans ses différents établissements.

« Nous sommes obligés de transférer des élèves dans d’autres écoles. Des fois, les élèves font des transferts d’une année à l’autre. Ce sont des choses qu’on ne veut pas parce que ce n’est pas bon pour la réussite [...] On va refaire une nouvelle demande, on va pousser plus fort, on va être plus agressif dans nos démarches pour démontrer qu’on a un besoin critique d’une nouvelle école dans le secteur ouest de la commission scolaire », a indiqué M. Tremblay.

À ce sujet, le député Iracà a mentionné qu’il y avait quatre fois plus de demandes d’aide financière que d’argent disponible qui ont été soumises cette année pour les projets de rénovation, construction et agrandissement d’établissements scolaires au Québec.