Plusieurs dignitaires et personnalités étaient présents pour l'événement. Sur la photo, Mathieu Fleury, Édith Dumont, Lucille Collard, Catherine Bélanger, Mathieu Vachon et Mona Fortier.

L'école élémentaire Le Trillium devient l'école Mauril-Bélanger

L'ambiance était festive, jeudi, à l'école élémentaire publique Le Trillium. Alors qu'elle célébrait son 30e anniversaire, l'institution scolaire, sise dans le quartier Vanier, à Ottawa, en a profité pour dévoiler son nouveau nom : l'école élémentaire publique Mauril-Bélanger, en l'honneur de l'ancien député fédéral d'Ottawa-Vanier.
Le nouveau nom de l'école, ainsi que son nouveau logo, ont été révélé au grand jour devant de nombreux anciens amis et collègues de M. Bélanger.
« C'est l'opportunité de donner une seconde vie, un second souffle à M. Bélanger, qui était si proche de la communauté de Vanier », estime la directrice de l'éducation du Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO), Édith Dumont.
Mais changer le nom d'une école nécessite une longue préparation. Pour Mme Dumont, cette inauguration représente « l'aboutissement d'un rêve », puisque le CEPEO travaillait sur ce projet depuis près d'un an.
« Ça a été un travail de longue haleine. On a vraiment évalué dans quelles mesures le dynamisme de l'école, sa diversité et son implication communautaire rendaient honneur au personnage de Mauril Bélanger », explique-t-elle. 
Chaque année, de la maternelle à la sixième année, les élèves recevront des leçons adaptées à leur niveau scolaire, à propos de différents aspects de la vie de Mauril Bélanger.
« Ce n'est pas juste de porter le nom, c'est aussi de rendre [Mauril Bélanger] authentique et vivant dans les yeux et dans le coeur d'un enfant de 4 ans, mais aussi dans ceux d'un enfant de 12 ans, qui est en sixième année », indique Mme Dumont.
« J'ai l'impression qu'on donne maintenant à M. Bélanger une place où il pourra demeurer actif par le biais des enfants et des gestes qu'ils poseront pour rendre leur communauté meilleure », conclut-elle.
Émotion et fierté
La soirée a été teintée d'émotion, mais surtout, de fierté.
L'épouse de M. Bélanger, Catherine Bélanger, était très émue.
« Je crois que la vie et la carrière de Mauril peuvent être une motivation pour les jeunes, confie-t-elle. Mauril était toujours très impliqué dans l'éducation. Il adorait les jeunes. Et je crois que cette école représente bien ses valeurs. C'est quelque chose qui le rendrait fier. »
La députée fédérale d'Ottawa-Vanier, Mona Fortier, a également dit être « fière » qu'on prenne le temps de reconnaître l'héritage de son prédécesseur à travers cette nouvelle appellation.
« On parle souvent de comment Mauril Bélanger a été un acteur, un défenseur, un bâtisseur communautaire. Et je pense que toutes ces valeurs-là, qu'il partageait et exerçait, on les retrouve dans cette école », mentionne Mme Fortier. 
« Les élèves pourront apprendre de l'héritage de Mauril, un héritage d'inclusion et de participation, poursuit-elle. Et ils vont aussi pouvoir amener, à leur tour, leur contribution dans notre société. »
La fête s'est conclue avec un souper multiculturel en guise de « clin d'oeil » à la diversité, une valeur ayant toujours été très importante aux yeux de Mauril Bélanger.