L’école du Cheval-Blanc dans Templeton

L’école du Cheval-Blanc officiellement inaugurée

Ouverte depuis le début de l’année scolaire, la nouvelle école du Cheval-Blanc a été officiellement inaugurée lundi.

La campagne électorale provinciale déclenchée à la fin du mois d’août, la Commission scolaire des Draveurs (CSD) a attendu l’élection du nouveau gouvernement pour inviter les élus à assister à l’événement.

C’est une rare école construite sur trois étages qui a été dévoilée au public, lundi. Le président de la CSD, Claude Beaulieu, explique que cette construction en hauteur était nécessaire en raison de la rareté des espaces pour accueillir de nouveaux établissements scolaires.

M. Beaulieu souligne également que c’est un bâtiment qui se démarque par sa luminosité en raison des grandes fenêtres qu’on retrouve dans la plupart des salles de classe.

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, s’est également dit impressionné par la beauté des locaux. Il souligne par ailleurs que son gouvernement compte investir dans les écoles québécoises au cours du prochain mandat.

«Un bel établissement, ça favorise l’apprentissage. De savoir que des élèves vont fréquenter une si belle école, ça me rend très optimiste, dit M. Lacombe au sujet de l’école du Cheval-Blanc. Je pense que nos écoles et notre système d’éducation manquent d’amour. Je pense que la réussite de nos enfants, c’est une priorité du gouvernement du Québec, maintenant. Je pense qu’on peut juste faire mieux.»

Si le terrain a forcé les architectes à dessiner une école un peu différente des autres, son emplacement en valait certainement le coup, croit le président de la CSD. C’est environ 70% des élèves qui sont considérés comme des marcheurs, donc, qui habitent dans un rayon de 1,2 km de l’école. «C’était un gros défi parce que, dans les plans d’aménagement des municipalités, il n’y a pas toujours des emplacements pour les écoles. Ici, la municipalité a accepté de nous céder un parc pour construire l’école.»

«Je pense qu’on a ici un bon exemple type d’école de quartier», ajoute le ministre Mathieu Lacombe.