Le chantier de l'école secondaire 041
Le chantier de l'école secondaire 041

L’échéancier des nouvelles écoles secondaires 040 et 041 menacé par la COVID-19

La pandémie de COVID-19, qui force l’arrêt des chantiers de construction institutionnelle depuis un mois, risque de mettre en péril l’échéancier prévu par la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) pour l’ouverture des tant attendues nouvelles écoles secondaires 040 et 041, qui doivent ouvrir en septembre 2021.

Sans toutefois s’avancer jusqu’à dire que les deux établissements qui pourront accueillir chacun 810 élèves dans les secteurs Aylmer et Hull seront nécessairement livrés en retard, la directrice générale de la CSPO, Nadine Peterson, ne cache pas que l’on commence à jouer avec le feu à moins d’une reprise très imminente des travaux, qui s’étaient amorcés respectivement en décembre et janvier.

«Là, on commence à être pas mal serré et en même temps il y a tout l’approvisionnement des matériaux qui nous préoccupe, car même si l’entrepreneur est au rendez-vous et s’était gardé une certaine marge de manoeuvre, comme ils font toujours lorsqu’ils acceptent de soumettre leur candidature, ce qu’on entend, c’est que des fournisseurs ont dû fermer et mettre à pied des employés, donc la production de matériel est un peu au ralenti aussi, ce qui fait que nécessairement ça va avoir des impacts», a affirmé au Droit Mme Peterson.

Même si l’échéancier était dès le départ un peu court pour les deux écoles construites respectivement par Boless et Pomerleau aux coûts respectifs de 31 et 37 millions $, la gestionnaire affirme qu’elle ne portait pas de «lunettes roses» et que lors des suivis au sujet des chantiers, les entreprises continuaient à dire que tout serait prêt à temps à la fin août 2021. C’était avant que notre société soit bouleversée par cette crise de santé publique.

La future école 040

«Je vous dirais que je suis de plus en plus préoccupée, chaque fois qu’il y a une annonce [du gouvernement Legault], je suis toujours sur le bout de ma chaise, pour savoir s’ils vont annoncer la reprise de la construction. J’avais dit à mes collègues dès le début que la pire nouvelle qui pourrait nous tomber sur la tête, c’est que les chantiers de construction de nos écoles soient fermés. Alors quand ils ont fait l’annonce, c’est sûr que ça nous a jetés en bas de notre chaise un peu, car ça nous inquiète beaucoup. Ces élèves-là, il va falloir leur trouver une place physiquement. Une fois que j’ai dit ça, je pense que les compagnies de construction vont être au rendez-vous pour essayer de mettre la main à la pâte le plus possible. Est-ce que je suis capable de confirmer un échéancier repoussé? À ce stade-ci, non, malheureusement, parce que je ne sais pas quand ça va reprendre» lance-t-elle.

Quant à l’école primaire 036, qui doit accueillir jusqu’à 740 élèves dans le secteur du Plateau et qui aura elle aussi fait couler beaucoup d’encre au fil des ans en raison des maints retards pour la construction, la CSPO indique qu’elle n’a pas de raison de croire que le bâtiment pourrait ne pas être prêt à temps pour la rentrée scolaire 2021, sa construction s’étant entamée au milieu de l’automne dernier.

L’ouverture de tous ces établissements est attendue de pied ferme par de nombreuses familles des secteurs Hull et Aylmer puisqu’en raison de la forte croissance démographique dans l’ouest du territoire, de nombreuses écoles de la CSPO sont aux prises avec une problématique de surpeuplement. Pour contrer le phénomène, 14 classes modulaires doivent entre autres être installées dès septembre prochain aux écoles primaires du Plateau et de l’Amérique-Française. Dans le secteur Aylmer, l’école secondaire Grande-Rivière est en surcapacité (2115 élèves l’an prochain alors que la capacité est de 1750) à tel point qu’il a été décidé il y a quelques mois que 230 élèves de la formation générale de la première secondaire seront temporairement logés dès septembre à l’école primaire des Tournesols. La décision aura un effet domino car une centaine d’écoliers de troisième et quatrième année du primaire seront relocalisés à l’édifice de la Petite-Ourse, trois kilomètres plus loin.

Qu’importe la suite des choses, qui est très difficile à prévoir, la CSPO se prépare d’ores et déjà à toute éventualité.

La future école 041

«Déjà, nous sommes obligés d’envisager d’autres scénarios. On n’a pas juste attendu de voir ça passer et de se demander si [les travaux] allaient être encore suspendus pour deux mois. L’équipe de l’organisation scolaire est déjà en train de regarder s’il y a des endroits où on pourrait ajouter des classes portatives et est-ce qu’il y a des écoles qu’on pourrait temporairement transformer [comme dans le cas de l’école des Tournesols]. Ce sont des scénarios qu’on ne veut pas doubler, ils ne sont pas idéaux, mais ce sont peut-être les moins pires parmi ceux qu’on a. [...] La clientèle n’arrête pas d’augmenter même si tout est au ralenti dans la société», soutient Nadine Peterson.

L’ex-commissaire scolaire Nathalie Villeneuve, qui a fermement milité pour les écoles 036 et 041, ne cache pas qu’il serait «très décevant» qu’il y ait de nouveaux retards mais rappelle que la situation est hors du contrôle à la fois de la commission scolaire et du ministère.

«La saga des écoles du Plateau va continuer, c’est bien dommage. Les gens vont être déçus si c’est le cas, mais c’est complètement inattendu, alors il faudra espérer que les parents vont comprendre. Je ne serais pas surprise non plus qu’on doive annoncer un retard même pour la 036. Je sais qu’il y avait une longueur d’avance, mais jusqu’à quel point?», dit-elle.

Rappelons que l’école 040 est érigée sur le chemin Fraser, à un jet de pierre du centre aquatique Paul-Pelletier, tandis que l’école 041 aura pignon sur rue à l’intersection des boulevards du Plateau et de l’Amérique-Française. Dans les deux cas, il s’agira de bâtiments comprenant 43 classes, une bibliothèque et un gymnase double.