Selon le gouvernement ontarien, 63 pour cent des étudiants universitaires qui ont participé à une enquête provinciale sur la violence sexuelle sur les campus ont déclaré avoir subi un type de harcèlement sexuel.

Le harcèlement sexuel problématique sur les campus en Ontario

TORONTO - Selon le gouvernement ontarien, 63 pour cent des étudiants universitaires qui ont participé à une enquête provinciale sur la violence sexuelle sur les campus ont déclaré avoir subi un type de harcèlement sexuel.

Près de 50 pour cent des étudiants des collèges ont fait état du même phénomène. Le sondage a été complété par 116 000 étudiants universitaires et 42 000 étudiants collégiaux.

La ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Merrilee Fullerton, a qualifié les résultats de l'enquête de troublants.

Elle s'est engagée à investir 6 millions $ pour renforcer les programmes de lutte contre la violence sexuelle sur les campus.

La province exigera également que tous les collèges et universités publient un rapport annuel sur les mesures prises pour aider les étudiants victimes de violences sexuelles.

Les établissements seront également tenus de revoir leurs politiques en matière de violence sexuelle et de constituer des groupes de travail pour résoudre le problème d'ici septembre.

L'enquête était composée de plus de 50 questions qui mesuraient les perceptions des répondants sur le consentement et le viol, et qui les sondaient sur leurs expériences en matière de violence sexuelle et sur la façon dont les écoles gèrent ces cas.