Le maire de Casselman, Claude Levac, ainsi que les conseillers Mario Laplante et Marcel Cléroux.

Le CSDCEO ne veut plus vendre l'école convoitée par Casselman

Les employés municipaux et le conseil de Casselman devront rester à l'étroit pour encore un moment. Un litige oppose la municipalité de Casselman et le Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO) concernant la vente d'une école qui devait être convertie en hôtel de ville.
Le conseil scolaire avait consenti en janvier 2013 à céder l'ancienne école élémentaire catholique Ste-Euphémie sur la principale à la municipalité pour la somme de 200 000 $. Une aubaine pour Casselman.
Mais voilà que le CSDCEO fait volte-face et décide de résilier l'entente. La municipalité a répliqué par la voie des tribunaux et poursuit le conseil scolaire pour rupture d'engagement.
«C'était un bon achat pour la municipalité de Casselman. Nous voyons ce projet de conversion de l'ancienne école Ste-Euphémie en hôtel de ville comme intéressant pour nous. Nous voulons aller de l'avant. On n'en démord pas», a déclaré le maire de Casselman, Claude Levac.
«Nous avons révisé nos besoins et à la lumière de nos réflexions, nous avons décidé de conserver l'édifice», a commenté Johanne Côté, attachée de direction du CSDCEO.
Dans un communiqué diffusé par le village de Casselman, jeudi, la municipalité allègue que le CSDCEO aurait décidé de faire marche arrière avec la transaction puisque la municipalité a accepté de louer un espace du futur hôtel de ville à un conseil scolaire concurrent. La direction de Casselman prétend également que le CSDCEO l'accuse d'avoir émis des déclarations inexactes lors des négociations de la convention d'achat, ce que nie «catégoriquement», la municipalité.
De son côté le CSDCEO n'a pas voulu commenter puisque la cause est devant les tribunaux.
Le village de Casselman devait prendre possession de l'édifice en mars 2013.
Sauf avis contraire, les prochaines réunions du conseil municipal de Casselman auront lieu à la salle communautaire du Complexe J.R Brisson, jusqu'à ce que la municipalité se trouve un autre toit permanent. L'hôtel de ville actuel de Casselman ne répond pas aux nouvelles exigences en matière d'accessibilité.