Le Cégep de l'Outaouais

Le CPNC refuse la main tendue du syndicat du Cégep de l’Outaouais

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep de l’Outaouais (SEECO) s’est vu refuser une proposition cherchant à procéder à un dépôt simultané des cahiers de demandes syndicales et patronales.

Le SEECO a déposé, au cours des derniers jours, une proposition de dépôt simultané des demandes syndicales et patronales afin de commencer la négociation sur une base plus « juste et égalitaire dans une optique de collaboration des partis », selon le SEECO. Cette demande a été refusée par le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC).

Les centrales syndicales ont normalement jusqu’en octobre pour déposer leurs demandes auprès du CPNC. La loi actuelle stipule que ce sont les syndicats qui doivent déposer leurs demandes en premier. Le patronat a ensuite 60 jours pour y répondre.

« Cette façon de faire laisse les coudées franches aux patrons pour, souvent, étirer les négos et faire monter la pression. Ils ont le temps de lire ce qu’on leur offre, de penser à une contre-offre et de se bâtir une stratégie pour les négociations », explique le président du SEECO, Christian Bernier.

« On n’accepte pas la réponse. Les patrons nous disent qu’ils sont prêts à collaborer et à écouter nos demandes, alors on ne voit pas pourquoi ils garderaient l’avantage en termes de temps de réaction à nos propositions. S’ils sont ouverts à la collaboration, qu’on collabore pour vrai », déplore M. Bernier signalant du même coup que ce refus est « basé sur un rapport de force plutôt que sur une réelle volonté de collaborer. »

M. Bernier souligne que le syndicat ne connaît pas la raison officielle du refus. « On entend dire qu’une des raisons est que le CPNC doit déposer tous les contrats en même temps et ce ne sont pas toutes les centrales syndicales qui n’ont pas la même démarche que nous. 

Ça empêcherait le CPNC d’accepter de déposer les propositions en même temps que les nôtres, ce que nous remettons en question comme argument. »

Pour l’instant, le SEECO indique qu’il cherche l’appui de ses patrons locaux afin de les soutenir dans les négociations nationales. Le syndicat a d’ailleurs demandé à la direction du Cégep de l’Outaouais de faire connaître sa position sur le sujet.

« On demande l’aide de nos administrations locales au Cégep de l’Outaouais. On a d’ailleurs envoyé une lettre [vendredi] au directeur général du Cégep pour lui demander de prendre position. On lui demande concrètement “est-ce que vous nous appuyez dans nos démarches ou non ?” », explique M. Bernier, en ajoutant qu’une rencontre avec le DG à cet effet est prévue la semaine prochaine.

M. Bernier est optimiste que cette rencontre aura des retombées positives sur les négociations avec le CPNC. 

« Les relations sont bonnes entre les syndicats et la direction au Cégep de l’Outaouais, donc on espère une réponse positive. On a un plan qu’on a préparé avec notre fédération, mais on n’est pas encore rendus-là », conclut-il.