Les élus de L'Ange-Gardien avec le maire Robert Goulet en tête sont très déçus de la décision de construire une école à Buckingham au lieu de leur municipalité.

L'Ange-Gardien dénonce le choix de la CSCV

Les élus de L'Ange-Gardien ont de la difficulté à digérer la décision de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) de ne pas avoir opté pour leur territoire en vue de la demande de construction d'une nouvelle école primaire qui sera acheminée à Québec en août.
« Nous ne sommes pas heureux de la situation du tout et nous n'avons pas l'intention de laisser ça là. On va faire des pressions s'il le faut. On va s'adresser à d'autres niveaux », a indiqué le maire de L'Ange-Gardien, Robert Goulet, jeudi matin, lors d'un point de presse portant sur un autre sujet. 
Ce dernier a laissé entendre qu'il demanderait au député de Papineau, Alexandre Iracà, d'intervenir dans le dossier.
Rappelons que les commissaires de la CSCV ont choisi mercredi soir, par voie de résolution, de privilégier une parcelle du terrain boisé de l'école secondaire Hormisdas-Gamelin, dans le secteur Buckingham, en vue d'accueillir dans les prochaines années un établissement de niveau primaire de quelque 300 places. 
Dans l'élaboration de son projet qui sera soumis au ministère de l'Éducation en août, la CSCV dit avoir pris en compte l'analyse d'une douzaine de terrains sur le territoire de Gatineau, mais aussi à L'Ange-Gardien. Aucun terrain situé au sein de la municipalité de plus 5500 âmes ne correspondait cependant aux critères, a affirmé le président de la CSCV, Éric Antoine, après le vote.
Le maire Goulet et les échevins Marc Louis-Seize et Luc Prud'homme ont proposé aux commissaires, mercredi, d'offrir gratuitement un terrain de neuf acres sur le chemin Lewis. Ils ont demandé un sursis aux élus scolaires avant que la demande officielle soit envoyée, dans le but que ce nouveau terrain fasse l'objet d'une étude. 
Les trois représentants angelois ont toutefois quitté l'assemblée publique avant la fin du huis clos sur la question. Le conseil de la CSCV a finalement entériné l'option du site adjacent à l'école secondaire Hormisdas-Gamelin.
Au lendemain de cette décision, M. Goulet persiste à dire que L'Ange-Gardien représente la destination logique de la future école primaire de la CSCV.
« Nous avons un certain de nombre de projets qui sont approuvés à l'heure actuelle et qui peuvent se chiffrer jusqu'au-delà de 1000 constructions de résidences. Ça grossit notre population terriblement. On vise toujours les jeunes ménages. On a quatre CPE ici. On a également mis en place des parcs qui satisfont tous les besoins des gens. [...] Tout ça mis en compte, ça veut dire que nos enfants vont devoir encore être transportés par autobus. C'est désolant », a déploré le premier magistrat.
Éric Antoine soutient que la CSCV ne peut pas se permettre d'attendre dans ce dossier, surtout considérant le fait que la première pelletée de terre ne pourrait survenir que d'ici deux ou trois ans, si la requête est acceptée par Québec.
« Où nous sommes concernés, c'est que si on ne dépose pas notre demande en août, nous sommes un an à attendre pour pouvoir soumettre une nouvelle demande et notre bassin de population ne nous permet pas ça », précise M. Antoine.
Selon les plus récentes prévisions démographiques, ce sont près de 400 élèves supplémentaires qui s'ajouteront à la clientèle de la commission scolaire d'ici les cinq prochaines années.