L’inauguration de la nouvelle Salle Desjardins a fait plusieurs heureux.

La Salle Desjardins entre dans la modernité

La Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) et ses partenaires financiers ont inauguré en grande pompe, lundi soir, la Salle Desjardins, fraîchement rénovée au coût d’environ 811 000 $ dans les derniers mois.

Le lieu de diffusion, géré par le Carrefour culturel ESTacade (CCE) et situé à l’intérieur des murs de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin, dans le secteur Buckingham, n’avait pratiquement jamais été revampé depuis l’année de la construction de l’établissement scolaire, en 1969.

C’est le chanteur et guitariste de Kaïn, Steve Veilleux, accompagné des élèves de l’Harmonie Contre-Temps, qui a eu l’occasion de brûler les premières planches de la nouvelle Salle Desjardins, devant public, lundi soir.

L’auditorium, qui accueille à la fois une programmation professionnelle et une programmation scolaire, est désormais doté d’un habillage et de planchers au goût du jour. La totalité des quelque 456 fauteuils de l’endroit ont été remplacés, alors que deux loges dignes ce nom ont été construites à l’arrière-scène, dans le but d’accommoder les artistes qui débarquent à Buckingham.

Parmi les autres travaux majeurs qui ont été réalisés à l’intérieur du lieu de diffusion, la billetterie et la cantine ont été réaménagées et un système de climatisation a été ajouté. De l’équipement audiovisuel a aussi été acheté afin de moderniser les installations.

La CSCV a injecté 577 699 $ dans le projet, alors que la Ville de Gatineau a déboursé 168 059 pour la réalisation des travaux. Une enveloppe de 25 000 $ du programme ID Gatineau, une somme de 20 000 $ provenant du surplus de l’ancienne Ville de Buckingham et un investissement de 20 000 $ du CCE ont permis de boucler le montage financier de la réfection des lieux qui était attendue depuis des années dans l’est de la ville.

Attirer plus d’artistes et plus de public

Le CCE s’est buté à une porte close à quatre reprises au fil des dernières années en tentant d’obtenir une subvention du gouvernement provincial pour rénover la Salle Desjardins. Face à cette situation, le conseil des commissaires de la CSCV a pris la décision, en 2018, de fournir la plus importante partie du financement du projet, à même la mesure budgétaire « Maintien du bâtiment 2019 » financée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, a rappelé le président de la commission scolaire, Éric Antoine, lundi, lors de l’inauguration.

Ce dernier a indiqué que la Salle Desjardins peut maintenant porter l’étiquette de « salle de calibre international ». La mise aux normes des installations permettra d’attirer davantage de spectacles de qualité dans l’est de Gatineau, a souligné M. Antoine.

« Non seulement nous croyons maintenant insuffler un nouveau vent de fraîcheur afin de permettre à nos élèves de bâtir un sentiment d’appartenance envers ESHG (l’école secondaire Hormisdas-Gamelin), mais nous avons la certitude que la Salle Desjardins peut devenir un pôle culturel tout comme la Salle Odyssée, le Centre Shenkman et la Basoche », a déclaré le président de la CSCV.

Le président du CCE, Pierre Lalonde, a pour sa part souligné que les améliorations apportées permettront d’attirer davantage de gens dans les estrades. Il reste cependant du travail à faire pour que la population connaisse mieux l’existence de la Salle Desjardins. L’organisme qu’il préside devra miser sur une meilleure promotion, a-t-il confié.

« Souvent, je constate, souvent à l’extérieur, quand on parle de la Salle Desjardins, les gens ne savent pas c’est où. Les gens ne sont pas habitués à venir sur notre site (Web). Pourtant, quand on regarde notre programmation, [...] on a des artistes de renommée qui s’en viennent. Je pense qu’il faudra mettre l’accent sur l’élément communication », a mentionné M. Lalonde.

En plus de gérer une programmation professionnelle en salle, le CCE organise annuellement plus de 160 activités culturelles et familiales dans l’est de Gatineau.