50 000 élèves reprennent le chemin de l’école en Outaouais.

La rentrée pour 50 000 écoliers

L’heure de la fin des vacances a sonné pour quelque 50 000 écoliers qui reprennent le chemin des classes cette semaine en Outaouais.

Dans certains cas, la rentrée s’avérait doublement excitante, par exemple à l’école du Cheval-Blanc, où les élèves et le personnel entamaient un nouveau chapitre dans un édifice flambant neuf mercredi matin. La nouvelle école de la Commission scolaire des Draveurs (CSD), sur la rue de la Châteauguay, accueille 640 élèves. 

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y avait de la fébrilité dans l’air dans la cour et entre les murs du bâtiment de trois étages. Pour l’occasion spéciale, élèves et parents étaient d’ailleurs invités à fouler le tapis rouge.

« Les gens du quartier vont apprécier la qualité de ce nouvel établissement qui est un nouveau concept très urbain avec une fenestration incroyable », a lancé le président de la CSD, Claude Beaulieu, rappelant que l’ajout de cette institution permet de régler la problématique de surpeuplement dans les écoles du secteur de l’Aéroport pour plusieurs années. 

Les parents rencontrés sur place semblaient charmés par l’école primaire érigée au coût de 12 millions $. 

« Je suis excitée pour eux, c’est une très belle école. Je pense qu’ils vont s’amuser et beaucoup de leurs amis ont aussi été redirigés ici, ce n’est pas comme s’ils changeaient de quartier. Le seul petit bémol, c’est la cour d’école qui est un peu petite, mais ils ont bien organisé tout ça. Il y aura deux récréations et deux dîners, donc moins d’achalandage », a lancé Véronique Dion, mère de deux enfants. 

Même son de cloche pour Yannick Cyrene, papa d’un enfant en deuxième année. 

« C’est un super bel édifice, moderne et propre. C’est une école de quartier extrêmement proche de la maison », dit-il.

Évidemment, c’était aussi un grand jour dans la vie de plusieurs tout-petits qui faisaient leur arrivée à la maternelle. C’est le cas d’Antoine Beauseigle.

« J’avais hâte de voir mes amis. [...] J’avais aussi hâte que maman me prépare des lunchs », a timidement confié le petit garçon. 

Pour la directrice générale de la CSD, Manon Dufour, l’ouverture d’une nouvelle école, où la lumière naturelle est omniprésente et où l’aménagement flexible des classes permet de voir autre chose que des pupitres disposés en rangée, apporte à la réflexion.

« Ce qu’on veut avoir, c’est de la diversité, mais ce qui est le plus important, c’est de répondre aux besoins de l’élève. Et il n’y a pas qu’une seule bonne façon de le faire. Il y a de plus en plus de classes où le mouvement est plus permis, par exemple en s’assoyant sur un ballon, et c’est bénéfique pour certains enfants. Mais ça peut l’être moins pour d’autres. Ça vaut la peine d’être exploré, il faut s’appuyer sur les recherches et se permettre de déborder du cadre normal, mais ce n’est pas une science exacte. Si on peut faire des aménagements dans nos écoles plus vieilles, tant mieux, mais tout ne passe pas nécessairement que par du neuf », affirme-t-elle. 

La rentrée des élèves des commissions scolaires au-Cœur-des-Vallées et des Hauts-Bois-de-l’Outaouais avait aussi lieu mercredi, tandis que ceux de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) bénéficiaient d’un jour de congé supplémentaire et feront leur retour sur les bancs d’école jeudi. 

Dans le cas de la CSPO, 316 élèves de la maternelle à la deuxième année feront leur entrée dans la nouvelle école primaire 035, sise sur la rue du Raton-Laveur, dans le secteur Aylmer. 

L’année scolaire, qui s’étalera sur 180 jours, s’achèvera le 21 juin.

+

APPEL À LA PRUDENCE AUX ABORDS DES ÉCOLES

En cette rentrée scolaire dans les 74 écoles primaires et secondaires du territoire gatinois, le Service de police tient à rappeler aux usagers de la route qu’ils ont le devoir de redoubler de prudence.

Les autorités prévoient effectuer des opérations au cours des jours et des semaines à venir afin de veiller entre autres au respect des limites de vitesse, des arrêts obligatoires, des feux intermittents des autobus scolaires et de la signalisation concernant le stationnement.

En septembre 2017, 152 heures d’opération avaient été cumulées, lesquels avaient mené à l’émission de 446 constats d’infraction aux abords des écoles.

Le SPVG tient aussi à sensibiliser les automobilistes à plusieurs mauvais comportements, dont le « syndrome de la porte ». Il s’agit de parents qui immobilisent leur véhicule le plus près possible de la porte de l’école afin d’y déposer ou de récupérer leurs enfants, en faisant fi de la réglementation.

« En immobilisant son véhicule contrairement à la signalisation au profit de son propre enfant, ne serait-ce que pour quelques minutes, le conducteur met en péril la sécurité des autres écoliers, augmentant les risques d’accident avec les autres automobilistes et nuisant aux transporteurs scolaires », affirme la police.

On rappelle que les enfants ont souvent du mal à évaluer les distances et à anticiper les dangers, étant souvent distraits et impulsifs.

Des policiers rencontreront des écoliers piétons en septembre afin de les sensibiliser aux règles de sécurité. Ceux qui s’engageront à demeurer prudents dans leurs déplacements se verront remettre un podomètre et un certificat.

+

CLIENTÈLE SCOLAIRE POUR LA RENTRÉE

  • CSD : 17 400
  • CSPO : 18 000
  • CSCV : 6200
  • CSHBO : 2400
  • CSWQ : 7000