Johanne Légaré, présidente de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais, a remis sa démission mardi soir.

La présidente de la CSPO démissionne

La présidente de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO), Johanne Légaré, vient de démissionner après 24 ans en politique scolaire.

La CSPO a annoncé mercredi que Mme Légaré avait remis sa démission la veille.

Les dernières semaines n’auront pas été de tout repos pour Johanne Légaré. À la mi-mars, elle avait affirmé au Droit que 300 élèves du quartier du Plateau devraient être transférés pour la rentrée scolaire 2019 en pointant du doigt la lenteur des négociations entre la Ville de Gatineau et le promoteur propriétaire du terrain où doit être érigée la nouvelle école primaire 036.

La Ville et le promoteur Junic avaient réagi par le biais d’un communiqué conjoint dans lequel il était mentionné que la CSPO devait plutôt faire une offre d’achat avant que les plans d’aménagement du terrain ne puissent être soumis aux autorités municipales.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin avait aussi attaqué directement Mme Légaré dans une lettre acheminée aux élus et aux membres des conseils d’établissement de la CSPO.

« Au lieu d’utiliser les médias pour se déresponsabiliser, Mme Légaré aurait dû vérifier les faits avec son équipe de direction, puis prendre le téléphone pour nous parler, comme le font tous nos partenaires qui veulent travailler de bonne foi », écrivait le maire.

Cette controverse avait poussé de nombreux commissaires à demander une « reddition de comptes » à la CSPO. Il avait finalement été convenu, par résolution, de mettre sur pied un comité visant à « accélérer les négociations » pour que l’école 036 soit prête pour 2019.

Malgré cette situation tumultueuse, le vice-président de la CSPO, Mario Crevier, soutient que Mme Légaré quitte ses fonctions pour des «raisons surtout personnelles».

Des élections scolaires doivent avoir lieu à l’automne, mais le gouvernement du Québec jongle avec l’idée de repousser le scrutin. 

C’est M. Crevier qui occupera la présidence de la CSPO pendant que la commission scolaire détermine comment doit se faire le remplacement de Mme Légaré.

M. Crevier n’a pas caché son intérêt pour les fonctions, lui qui est également commissaire scolaire depuis près d’un quart de siècle. En entrevue avec Le Droit, il a remercié Johanne Légaré pour son engagement soulignant qu’elle « s’est donnée corps et âme pour la CSPO ».

Le conseiller municipal Jocelyn Blondin, ex-président de la CSPO, s’est dit attristé par le départ de Mme Légaré. Il a affirmé sur sa page Facebook que «sa transparence lui aura coûté la présidence».