La grève qui devait débuter ce samedi à l'UQO a été annulée in extremis.

La grève est évitée à l’UQO

Une entente de principe est survenue, en début de soirée, vendredi, à seulement quelques heures du déclenchement prévu d’une grève générale illimitée des professeurs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Les démarches amorcées la semaine dernière par le comité de négociation du Syndicat des professeurs de l’Université du Québec en Outaouais (SPUQO) ont donné des résultats. Par le fait même, la grève qui devait débuter ce samedi a été annulée in extremis.

Les membres du conseil syndical sont convoqués à une rencontre, lundi matin, et les détails de l’entente de principe seront communiqués lors d’une assemblée spéciale qui suivra.

L’assemblée de grève qui était prévue lundi est donc transformée en assemblée spéciale qui aura lieu à l’UQO, simultanément à Gatineau et à Saint-Jérôme, par visioconférence.

Le syndicat recommandera alors à ses membres de voter en faveur de l’entente de principe; vote qui devrait avoir lieu en après-midi, lundi.

La nouvelle convention collective de sept ans s’étendra donc jusqu’au 30 avril 2022, mais déjà trois années sont écoulées.

Les négociations ardues qui achoppaient sur l’année 2019 ont dénoué le gel de salaire que souhaitait la direction pour cette année-là.

«On aura donc une nouvelle convention collective qui est une convention qui va permettre à la région de l’Outaouais de penser que les professeurs vont être intéressés à venir travailler à l’UQO et d’y rester [...] Aujourd’hui, tout est réglé. On a des pourcentages qui sont intéressants à chacune des années des sept années de la convention», s’est réjouie Louise Briand, la présidente du syndicat des professeurs de l’UQO.

La direction satisfaite

La direction de l’Université du Québec en Outaouais s’est dit «heureuse [...] qu’une entente de principe (soit) intervenue avec le Syndicat des professeurs de l’UQO. Les discussions qui ont eu lieu (vendredi) en présence du conciliateur nommé par le ministère du Travail, se sont déroulées dans un climat de collaboration et ont mené à cette entente qui devra maintenant être présentée aux membres du Syndicat des professeurs lors d’une prochaine assemblée.»

La direction de l’UQO ne compte faire «aucun autre commentaire avant que les membres du Syndicat des professeurs se soient prononcés sur l’entente en assemblée générale.»

43 réunions auront été nécessaires pour passer au travers de ce long processus de négociation.