L’introduction des maternelles 4 ans dans les écoles du Québec aurait forcé la direction de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais à suspendre son projet de révision des bassins d’élèves dans le quartier du Plateau.

La CSPO suspend le processus de révision des bassins d'élèves dans le Plateau

Le processus de révision des bassins dans le quartier du Plateau, en prévision de l’ouverture de l’école 036 à la rentrée 2020, est suspendu.

La Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) en a fait l’annonce dans une lettre envoyée aux parents vendredi matin. La séance d’information publique prévue le 9 avril est donc annulée, précise le directeur général, Jean-Claude Bouchard, dans cette missive.

Pour expliquer sa décision de suspendre le processus, la CSPO cite notamment l’introduction de la maternelle 4 ans dans l’ensemble des écoles de la commission scolaire, comme le veut le projet de loi 5 du gouvernement du Québec.

«Afin de tenir compte de ces nouvelles dispositions et d’analyser les impacts qu’elles auront sur la clientèle et les infrastructures, la CSPO se voit obligée de sursoir à ses travaux et à ses consultations, débutés en février 2019. L’ouverture de l’école 036 demeure quant à elle inchangée; elle est toujours prévue pour septembre 2020.»

À LIRE AUSSI

> Une maison, trois enfants, quatre écoles?

> CSCV: une école de maternelle à Buckingham?

Le président de la CSPO, Mario Crevier, assure que les consultations publiques pour définir le bassin de la nouvelle école 036 ne sont pas annulées. En les reportant, la commission scolaire espère obtenir plus d’information du ministère de l’Éducation quant aux infrastructures qu’elle pourrait obtenir afin d’accueillir les nouvelles classes d’enfants de 4 ans.

La CSPO espère ainsi pouvoir éviter un autre changement d’établissement à des élèves, deux ans après l’ouverture de l’école 036. 

Selon M. Crevier, le processus de consultation se tiendra à l’automne au plus tard puisque les bassins doivent être adoptés par le conseil des commissaires avant la période d’inscription des enfants, en janvier 2020.

«Nous reconnaissons que certains d’entre vous ont déjà eu à faire face à plusieurs redéfinitions de bassins étant donné que ce secteur est en fort développement domiciliaire depuis plus d’une quinzaine d’années. C’est donc par respect pour vous et vos enfants que la CSPO juge inévitable le report de ce processus afin d’éviter des refontes à répétition des bassins de ce secteur», ajoute M. Bouchard dans sa lettre.

Selon l’ordre du jour du prochain conseil des commissaires qui aura lieu mercredi soir, la CSPO déposerait auprès du ministère de l’Éducation et de l’Enseigenemnt supérieur (MESS) une demande d’ajout d’espaces pour la 036.

À la Commission scolaire des Draveurs (CSD), on s’attend à avoir les espaces nécessaires pour accueillir les élèves de cette nouvelle tranche d’âge, souligne le secrétaire général, Christian Laforest. 

Dans le cadre de sa planification des bassins d’élèves pour les prochaines années, la CSD tient déjà compte de l’arrivée de la maternelle 4 ans, ajoute M. Laforest.

Du côté de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV), les commissaires ont adopté mercredi soir une résolution pour demander au gouvernement du Québec une nouvelle école dédiée uniquement à la maternelle 4 ans, dans le secteur Buckingham.

+

HEUREUX DÉNOUEMENT POUR CERTAINS PARENTS

Des résidents de la rue de Londres qui avaient dénoncé le scénario proposé par la CSPO pour la refonte des bassins d’élèves dans le quartier du Plateau, en vue de la rentrée 2020 et de l’ouverture de l’école 036, sont heureux de la suspension du processus par la commission scolaire.

La semaine dernière, Karine Marion déplorait que ses filles risquent de se retrouver sur les bancs d’une quatrième école primaire différente depuis le début de leur parcours scolaire.

Son voisin, Danny Lepage — ex-commissaire parent et ancien membre de conseils d’établissement —, et elle disaient aussi s’inquiéter pour la sécurité de leurs enfants. Ils seraient considérés comme des élèves marcheurs, mais devraient traverser le très passant boulevard du Plateau pour se rendre à l’école.

«Je vois ça comme une bonne nouvelle. Ça me donne un peu d’espoir qu’ils vont tenir compte de ce qu’on a verbalisé dans les modifications qu’ils vont apporter, dans les décisions qu’ils vont prendre», affirme Mme Marion.

Même si la CSPO cite l’universalisation de la maternelle 4 ans pour justifier le report de son étude des bassins d’élèves sur le Plateau, les parents croient que leurs revendications sont un facteur dans la décision de la commission scolaire.

«Pour nous, c’est la révision du bassin qui compte le plus. Que ce soit n’importe quel autre facteur, pourvu que ce soit une décision centrée plus sur l’avenir que sur les besoins immédiats de remplir une école», souligne M. Lepage.