Vue aérienne de l'école secondaire Mont-Bleu au lendemain du passage des tornades, en septembre dernier.

La CSPO préfère la rénovation pour l'école secondaire Mont-Bleu

La Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) privilégie le scénario d’une rénovation pour l’école secondaire Mont-Bleu.

Le directeur général de la CSPO a envoyé une lettre au gouvernement du Québec à la mi-mai pour lui signifier cette préférence.

Le contenu de cette missive a été dévoilé mercredi matin par Radio-Canada. Interrogés par Le Droit, le président de la CSPO, Mario Crevier et le commissaire Alain Gauthier ont confirmé que l’option de la rénovation est plutôt unanime au sein de la CSPO, tant chez les élus scolaires que dans l’administration.

Rappelons qu’un incendie a ravagé l’école secondaire Mont-Bleu après le passage des tornades en septembre dernier et que les activités de l’établissement ont été relocalisées temporairement au centre Asticou.

Au début de l’hiver, la commission scolaire a entrepris une évaluation des coûts et des avantages de différents scénarios pour l’avenir de l’école secondaire. La démolition et la reconstruction de l’école, ainsi que l’achat des locaux au centre Asticou étaient notamment à l’étude.

Le directeur général de la CSPO, Jean-Claude Bouchard, ne souhaitait pas commenter le contenu de sa lettre, mercredi. Selon lui, il aurait été préférable d’attendre avant de parler publiquement de la position de la CSPO dans ce dossier.

« Depuis le début, nous avons une belle collaboration et on travaille en synergie de façon soutenue, explique M. Bouchard. On ne veut pas mettre de la pression publiquement parce que ça ne ferait pas avancer le dossier, même que ça pourrait avoir l’effet contraire. »

Avantages multiples

Sans dévoiler de chiffres, le commissaire Alain Gauthier soutient que la rénovation serait « moins cher, de façon flagrante » que les autres scénarios analysés.

Au-delà du coût, l’avantage pour la CSPO est que l’école serait prête plus rapidement, ce qui ferait le bonheur du personnel et du corps étudiant de l’établissement qui doit parcourir de longues distances entre les différentes classes aménagées au centre Asticou.

Le délai nécessaire plus court pour rouvrir l’école aurait comme bénéfice secondaire d’aider la commission scolaire dans sa gestion des bassins d’élèves, alors que la population étudiante sur son territoire est en croissance constante, selon M. Gauthier.

Le président Mario Crevier a indiqué au Droit que, si le ministère de l’Éducation choisit la rénovation, les élèves pourraient très bien retrouver leur école au début de l’année scolaire 2020-2021. Pour ce faire, la décision du gouvernement provincial devrait toutefois être annoncée rapidement puisque la première étape d’éventuels travaux de rénovation serait la réfection du toit ce qui peut difficilement être réalisé durant l’hiver.