Des avertisseurs de monoxyde de carbone seront installés dans les 23 établissements de la CSCV.

La CSCV équipe ses établissements d’un avertisseur de monoxyde de carbone

Tous les établissements de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) seront dotés d’un avertisseur de monoxyde de carbone (CO) d’ici le mois prochain.

C’est ce qu’a confirmé le vice-président de la CSCV, Sylvain Tremblay, la semaine dernière, lors de la réunion des commissaires.

À l’heure actuelle, à peine cinq des 23 bâtiments de la commission scolaire disposent d’un tel appareil, soit les écoles St-Pie-X (Papineauville), St-Jean-de-Brébeuf (Masson-Angers) et St-Laurent (Buckingham), ainsi que le Centre La Cité (Masson-Angers) et le département de mécanique automobile du Centre de formation professionnelle Relais de la Lièvre-Seigneurie, à Papineauville.

Des systèmes de chauffage à combustion pouvant produire du monoxyde de carbone sont pourtant en fonction dans chaque édifice de la CSCV.

M. Tremblay a affirmé que la CSCV planifiait déjà d’équiper ses édifices de tels détecteurs avant même qu’une quarantaine d’élèves et d’enseignants de l’école primaire des Découvreurs dans l’arrondissement LaSalle, à Montréal, aient été intoxiqués par une fuite de monoxyde de carbone, le 14 janvier dernier.

À la suite de cet incident, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, a annoncé son souhait que l’ensemble des écoles du Québec soient éventuellement munies d’un tel dispositif.

D’ici le début de la semaine de relâche prévue au début mars, des avertisseurs manuels de CO seront installés dans la totalité des établissements de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées.

« Les règles de la Régie du bâtiment ne nous obligeaient pas à installer des avertisseurs. On fonctionnait avec ces règles. J’imagine que ce n’était pas dans l’air du temps, mais nous avons eu une recommandation du Service incendie de la Ville de Gatineau, cette année. [...] C’est un chassé-croisé parce qu’on avait vraiment l’intention de le faire avant que tout ça commence. Tout ce qu’on fait, c’est qu’on accélère l’installation pour rassurer la population et notre personnel », a indiqué M. Tremblay au terme de la séance du conseil des commissaires.

Pour l’instant, les détecteurs en question ne seront pas reliés à une centrale, mais l’objectif à long terme est d’installer un système automatisé, en cas de fuite du gaz.

« Il s’agit d’une installation temporaire. Il faudra déterminer avec la Ville de Gatineau si ces détecteurs devront être reliés au Service incendie ou si ce sera par intrusion », a mentionné M. Tremblay.

Ce dernier a précisé qu’une analyse récente des chaufferies des 23 bâtiments de la CSCV a été effectuée et que les taux de monoxyde de carbone observés étaient nuls. Un entretien annuel de chacune des chaufferies de la commission scolaire est effectué, a tenu à souligner le vice-président de la CSCV.

Rappelons qu’en vertu du Code du bâtiment du Québec, code, seuls les lieux institutionnels chauffés par combustion où des personnes dorment doivent être dotés d’un avertisseur de monoxyde de carbone. C’est le cas par exemple des résidences pour personnes âgées, des hôpitaux, des hôtels et des motels. Pour les écoles, seuls des détecteurs de chaleur et des détecteurs de fumée sont exigés.