«C'est un budget difficile», lance Marc Beaulieu, faisant face à une compression de 1,2 million $ imposée par Québec.

La CSCV encore dans le rouge

L'épisode de vaches maigres se poursuit à la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) qui a déposé hier soir un deuxième budget déficitaire en autant d'années.
«C'est un budget difficile», a lancé d'entrée de jeu le président du comité des finances de la CSCV, Marc Beaulieu, quelques minutes avant la présentation publique du document.
Contraint de faire face à une compression de 1,2 million de dollars imposée par Québec, l'organisme parapublic prévoit pour 2014-2015 un budget de 73 millions de dollars affligé par un déficit de 878260$. Il s'agit d'une situation presque similaire à l'an passé alors que le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) avait autorisé la commission scolaire à présenter un déficit d'un peu plus de 800000$. Cette dernière avait réussi à piger dans son surplus cumulé pour résorber une partie du manque à gagner. Cette fois cependant, le contexte est un peu plus corsé puisque le bas de laine n'existe plus.
«On ne vous dit pas que nous allons faire plus avec moins ou que nous allons faire autant avec moins. On va faire différemment en espérant réussir à faire aussi bien», a déclaré M. Beaulieu sur un ton décontenancé.
Au terme du 30 juin 2015, la CSCV accusera donc un déficit cumulé de 2,5 millions de dollars. Les services directs aux élèves n'échapperont pas à la guigne.
Dans la foulée des compressions gouvernementales, la CSCV avait déjà annoncé en mai qu'elle entreprenait une réorganisation massive de ses services destinés aux élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage afin d'épargner 400000$ annuellement. Ces coupes se traduiront entre autres par l'abolition d'une classe Transit (pour élèves avec des troubles de comportement) au niveau primaire ainsi qu'une autre au secondaire.
D'autres conséquences se feront sentir dès septembre. L'allocation décentralisée aux écoles sera notamment réduite de 25%. Le service d'aide aux devoirs, le programme École en forme et la Stratégie d'intervention Agir autrement, dont l'objectif est de diminuer les écarts de réussite scolaire entre les milieux défavorisés et favorisés, seront notamment affectés.
Les élus ont dû débattre pendant plusieurs minutes après que le commissaire Claude Auger ait proposé d'amender le budget afin de présenter un déficit d'exercice de 1,2 million de dollars à Québec en guise de sarcasme pour dénoncer les compressions. «C'est excessif et exagéré. On commence à couper dans les services aux élèves et je ne veux pas», a déploré M. Auger. Sa proposition a toutefois été rejetée lors d'un vote serré de huit contre sept. Certains commissaires ont indiqué d'un commun accord qu'ils ne souhaitaient pas «pelleter par en avant le déficit».
Par ailleurs, le taux de taxation scolaire augmentera de 5,65% pour la prochaine année, ce qui se traduira par une hausse de 14,74$ par tranche de 100000$ d'évaluation.
Bsabourin@ledroit.com