Il n’y a pas de cas de COVID-19 à l’école Le Petit-Prince contrairement à ce qui est indiqué dans une liste publiée par le ministère de la Santé.
Il n’y a pas de cas de COVID-19 à l’école Le Petit-Prince contrairement à ce qui est indiqué dans une liste publiée par le ministère de la Santé.

Informations erronées sur la COVID-19 dans les écoles: «tout le monde se lance la balle»

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
La mère d’un élève de l’école Le Petit-Prince, qui a été ciblée par erreur pour un cas de COVID-19, parle «d’incohérence totale».

Elle s’explique aussi très mal «l’impressionnant silence radio» à la fois des autorités de santé publique et du Centre de services scolaire des Draveurs (CSSD), au lendemain de la publication de cette liste du ministère de la Santé qu’on dit erronée.

À LIRE AUSSI: Données sur les cas de COVID-19 dans les écoles: confusion en Outaouais

Les données de Québec, rappelons-le, indiquent notamment que les écoles de Touraine, des Trois-Saisons, Le Petit-Prince et de la Colline, à Gatineau, ont «au moins un cas rapporté de la COVID-19». Or, cette liste, qui n’avait d’ailleurs toujours pas été corrigée mercredi soir, a porté à confusion car aucune situation n’a été signalée à ces endroits, affirme le CSSD.

Mère d’un élève de troisième année mais souhaitant taire son identité, la dame qui a contacté Le Droit affirme qu’elle ne comprend pas pourquoi le CSSD, la Direction de la santé publique de l’Outaouais et le ministère de la Santé n’ont pas jugé bon de clarifier davantage la situation au lendemain de cette erreur dont la source demeure floue. La gestion de cette situation laisse à désirer, selon elle.


« Il y a une incohérence complète, on tourne en rond. »
La mère d'un élève de l'école Le Petit-Prince

«Les parents n’ont pas eu d’autres messages, ni la moindre explication. Ils n’ont pas fait de correction non plus, au besoin. Pourquoi? Il y a une incohérence complète, on tourne en rond. Tout le monde se lance la balle mais personne ne coordonne. C’est vraiment bizarre. Ça fait amateur. Et maintenant que nous sommes dans une zone jaune [pour la COVID-19 en Outaouais], si on est dans le champ avec toutes ces écoles-là, devrions-nous vraiment être dans le jaune?», lance-t-elle.

Si cette dernière reproche aux écoles de ne pas avoir su fournir davantage d’informations et rassurer les parents, elle saisit bien mal également pourquoi Québec tarde tant à rectifier le tir s’il s’agit bel et bien d’une erreur.

«On va sûrement nous servir une réponse pathétique. On va peut-être nous revenir en disant que c’est tombé dans une craque. C’est une classique excuse gouvernementale», déplore-t-elle.

Appelé à commenter, le CSSD réitère «que les chiffres rendus publics mardi par le gouvernement du Québec relativement aux cas confirmés de COVID-19 dans les établissements scolaires sont inexacts» et qu’il comprend l’inquiétude que cette situation peut engendrer.

L’organisation répète qu’un seul cas de COVID-19 a été confirmé sur son territoire, c’est-à-dire celui impliquant un élève de l’école Sainte-Élisabeth, à Cantley, le 31 août.