Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les syndiqués érigeront des piquets de grève devant les deux établissements. Dans le cas du Cégep de l'Outaouais, le tout aura lieu en face du campus Gabrielle-Roy, dans le secteur Hull.
Les syndiqués érigeront des piquets de grève devant les deux établissements. Dans le cas du Cégep de l'Outaouais, le tout aura lieu en face du campus Gabrielle-Roy, dans le secteur Hull.

Grève mardi au Cégep de l'Outaouais et au Cégep Heritage

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Dans la foulée d'un mandat de grève de cinq jours adopté en décembre dernier, les membres du Syndicat du personnel professionnel du Cégep de l'Outaouais (SPPCO-CSQ) et du Syndicat des professionnels du Collège Héritage (SPCH-CSQ) débraieront le temps d'une journée mardi, pour protester contre «l'impasse des négociations dans le secteur public et le cadre financier inflexible décrété unilatéralement par le gouvernement». 

Après un an presque jour pour jour sans contrat de travail, la cinquantaine de membres qui oeuvrent aux deux établissements, dont des conseillers pédagogiques et des conseillers en orientation, jugent qu'un message clair doit être envoyé à Québec. Le syndicat rappelle que la majorité de ces emplois professionnels sont occupés par des femmes.

«Pas de gaieté de cœur»

«Les solutions que nous proposons en regard à la surcharge, à la désertion, au manque de ressources et aux autres problèmes structurels vécus au quotidien dans nos cégeps se butent depuis plus d’un an aux fins de non-recevoir du Conseil du trésor aux tables de négociation. Ce n’est pas de gaieté de cœur que nos membres font le choix de la grève. Il est de notre devoir de dénoncer le refus du gouvernement Legault d’octroyer des ressources supplémentaires afin de soutenir le personnel à bout de souffle et d'éviter que les services à la population continuent à se détériorer», déplore la présidente, Amélie St-Arnault. 

Selon elle, la balle est désormais dans le camp du gouvernement, dont «les promesses électorales d’améliorer les services à la population doivent se concrétiser aux tables de négociation». 

Prochain débrayage?

En décembre dernier, les syndiqués du Cégep voté pour un mandat de grève de l'équivalent de cinq jours de dans une proportion de 96%.

On ignore pour l'instant quand aura lieu le prochain débrayage, advenant que la situation n'est pas réglée.

Les syndiqués érigeront des piquets de grève devant les deux établissements mardi matin. Dans le cas du Cégep de l'Outaouais, le tout aura lieu en face du campus Gabrielle-Roy, dans le secteur Hull. À 10h, les professionnels des deux institutions manifesteront ensemble. 

Le Cégep de l'Outaouais affirme que la journée de grève n'aura pas d'incidence sur les activités d'enseignement, mais précise que des rencontres ou rendez-vous entre les étudiantes et étudiants et le personnel professionnel devront être annulés ou reportés.

Le personnel affilié à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) d'une trentaine d'autres établissements collégiaux sera aussi en grève mardi.