Le ministre de l’Éducation de l’Ontario, Stephen Lecce

Grève en éducation en Ontario: un programme d’aide financière pour les parents

Le gouvernement Ford a dévoilé mercredi un programme d’aide financière pour aider les parents à éponger les coûts des dépenses additionnelles pour les services de garde en raison des actuelles grèves d’un jour en éducation.

L’aide financière ira de 25 $ à 60 $ par jour pour chaque enfant pour les familles admissibles lorsque les grèves syndicales entraînent la fermeture des écoles et des centres de garde d’enfants en milieu scolaire, a indiqué le ministre de l’Éducation de l’Ontario, Stephen Lecce, lors d’une conférence de presse à Toronto. 

Les coûts pour le gouvernement sont évalués à 48 millions $ par jour de grève, si tous les syndicats sortent dans la rue en même temps. L’aide financière pourra être versée rétroactivement.

« Nous comprenons que les moyens de pression employés par les syndicats ont de réelles conséquences sur les familles et il semble que ces derniers s’attendent à ce que les familles ontariennes qui travaillent dur absorbent les coûts de leurs grèves cycliques », a indiqué le ministre Lecce dans un communiqué.

« Nous n’en serions pas là aujourd’hui si les syndicats d’enseignants et leurs patrons n’avaient pas décidé de laisser tomber les élèves sur une base hebdomadaire », a ajouté le ministre de l’Éducation lors de sa conférence de presse, ajoutant que lui et son équipe de négociations sont prêts à s’asseoir avec le médiateur pour continuer les pourparlers avec les syndicats. 

Aucune date de retour à la table des négociations n’est prévue pour l’instant avec la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) et avec la Fédération des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO), entre autres.

La FEEO a accusé le gouvernement de chercher à soudoyer les parents avec son programme d’aide financière. Le syndicat a averti le gouvernement qu’il tiendra une journée de grève lundi prochain dans trois conseils scolaires à moins d’un déblocage dans les négociations.

« Mettez ce 50 millions $ dans le système pour aujourd’hui, pour demain et pour l’avenir plutôt que de chercher à acheter les parents », a lancé le président de la FEEO, Sam Hammond, tout en précisant que le syndicat veut et qu’il est prêt à négocier pour éviter une grève dans les écoles élémentaires. 

« Allons à la table. Donnez-nous une date, M. le ministre », a suggéré le syndicat.

Le syndicat des enseignants des écoles secondaires a tenu des journées de grèves depuis le début de décembre 2019, incluant mercredi.

Le ministre Lecce a affirmé que les propositions gouvernementales sont raisonnables, « mais nous n’avons vu aucun mouvement important chez les syndicats d’enseignants » depuis le dépôt de « leur seule proposition à la fin de l’été/début de l’automne ».

Les points en litige portent sur les hausses salariales, l’augmentation du nombre d’élèves par classe et les cours obligatoires de formation en ligne pour les élèves.

Les parents peuvent accéder aux renseignements et aux inscriptions pour l’aide financière à l’adresse web www.ontario.ca/SoutienAuxParents ou en appelant à l’Infocentre du Programme de soutien aux parents au 888-444-3770.

Le programme d’aide en bref : les parents admissibles dont les enfants sont âgés de 12 ans ou moins, ou de 21 ans ou moins pour les jeunes ayant des besoins particuliers pourraient recevoir les sommes suivantes :

-60 $ par jour pour chaque enfant de 0 à 6 ans qui n’est pas encore inscrit à l’école, mais qui fréquente un centre de services de garde en milieu scolaire qui doit fermer à cause de la grève ;

-40 $ par jour pour chaque enfant qui va à la maternelle ou au jardin d’enfants ;

-25 $ par jour pour chaque enfant qui est de la 1re à la 7e année ;

-40 $ par jour pour chaque enfant ayant des besoins particuliers qui fréquente une école élémentaire ou secondaire

+

Grève dans certains conseils scolaires mardi

Les enseignants et les travailleurs en éducation membres de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) participeront le mardi 21 janvier à une autre journée de grève en raison de l’impasse dans les négociations avec le gouvernement Ford. 

Aucune école d’Ottawa ne serait incluse lors de cette grève. Aussi, des moyens de pression additionnels seront amorcés à compter du 20 janvier. 

Notamment, le personnel enseignant suppléant n’effectuera plus de tâches sur appel, les membres n’assumeront aucune responsabilité/tâche additionnelle en raison de l’absence d’un membre de l’unité de négociation, les membres ne prendront aucune responsabilité pour vérifier ou trouver des remplaçants en cas d’absences d’autres employés. 

« Tout au long de ce conflit, nous n’avons ménagé aucun effort pour nous assurer que nos moyens de pression créent un minimum de perturbations aux élèves. Dans cette optique, les membres ne participeront pas à des arrêts de travail pendant la période cruciale des examens, » a précisé le président de la FEESO, Harvey Bischof.