Grève de la sécurité à Carleton

Une cinquantaine d'employés à la sécurité de l'Université Carleton ont déclenché la grève au terme d'une fin de semaine de négociations infructueuses.
La section locale 404 du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) représente 50 constables spéciaux, agents de sécurité, patrouilleurs étudiants et répartiteurs.
Le syndicat demande une meilleure sécurité d'employer et davantage de ressources humaines, alors que le nombre d'étudiants est en hausse constante.
La direction de l'Université s'est toutefois entendue avec un autre syndicat, soit la section locale 4600 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui réunit les assistants d'enseignement et les chargés de cours.
Les cours ont lieu malgré la grève du SEFPO.
La circulation a été perturbée lundi matin sur la rue Bronson. Les grévistes donnaient accès au site au compte-gouttes.
La manifestation a été marquée par un possible délit de fuite, peu avant 10h, lorsqu'un membre du syndicat en grève a été heurté par une voiture, sur la ligne de piquetage. La police d'Ottawa a ouvert une enquête.
Le conducteur ne se serait pas arrêté après l'incident. Le manifestant n'a pas été blessé sérieusement.
Les autobus d'OC Transpo ont respecté les piquets de grève, laissant plutôt les passagers  à l'entrée de l'université et non sur le campus.
L'Université a fait appel à la firme Garda pour assurer la sécurité dans l'institution pendant le conflit de travail.