L'école secondaire Grande-Rivière, dans le secteur Aylmer, déborde. On s'attend à ce que plus de 2100 élèves la fréquentent l'an prochain, alors que sa capacité maximale est de 1750.

Grande-Rivière déborde: des élèves du secondaire dans une école primaire

La surpopulation à l’école secondaire Grande-Rivière, dans le secteur Aylmer, pourrait bien forcer environ 230 élèves de la sixième année du primaire à faire leur entrée à l’école secondaire en 2020... entre les murs d’une école primaire, faute de place.

L’option privilégiée par le conseil des commissaires de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) est que les élèves de première secondaire inscrits à la formation générale suivent leurs cours à l’école des Tournesols, à un peu plus d’un kilomètre et demi de l’école secondaire Grande-Rivière, qui déborde déjà. L’établissement, dont la capacité d’accueil est de 1750 élèves, est fréquenté cette année par 1938 écoliers, un nombre qui passera à 2116 l’an prochain, un bond de presque 10%. Un surpeuplement causé entre autres par les délais supplémentaires pour l’ouverture de la future école secondaire 040, qui devrait en principe être prête en 2021. 

L’école des Tournesols est actuellement divisée en deux immeubles, soit celui de la Petite-Ourse, situé sur la rue du Raton-Laveur et qui accueille les enfants de la maternelle à la deuxième année; ainsi que celui des Tournesols, sis sur la rue de la Fabrique et qui accueille les écoliers de la troisième à la sixième année. Or, le plan d’héberger temporairement de jeunes adolescents de première secondaire aura pour conséquence de déménager les élèves de troisième et de quatrième année à l’immeuble de la Petite-Ourse. 

Avant d’aller de l’avant avec cette avenue, la CSPO compte consulter les parents et les conseils d’établissements des écoles concernées au cours des semaines à venir. La décision finale doit être prise le 11 décembre. 

Le président Mario Crevier affirme que des quelques scénarios scrutés à la loupe pour pallier à cette situation problématique, celui-ci était jugé «le moins dommageable». 

«C’est le scénario qu’on privilégie en ce moment. Il y avait aussi l’option du double horaire (à Grande-Rivière), mais ça n’aurait pas été très populaire. Si on laisse tout le monde là, on va manquer de plateaux sportifs, d’espace pour la cafétéria, etc. C’est plein partout. C’est ce qu’on a choisi pour l’instant, mais c’est seulement le temps d’une année. On va consulter les parents et on est ouvert aux autres idées, on va les prendre», indique-t-il. 

L’ajout de classes modulaires à Grande-Rivière est une alternative qui n’a pas été retenue étant donné que la cour arrière de l’institution en compte déjà une quinzaine. 

«Il y a encore un peu de place pour en ajouter, mais à un moment donné, il ne faut pas exagérer. L’espace devient très serré», note Mario Crevier. 

L’idée de transférer vers d’autres écoles primaires du territoire tous les élèves de l’école primaire des Trois-Portages, voisine de Grande-Rivière, pour y accueillir des élèves du secondaire, a quant à elle été jugée non viable. 

Vers une autre demande d'école secondaire?

Selon le président de la CSPO, la croissance démographique est telle dans les secteurs Aylmer et du Plateau qu’il est déjà envisagé de faire «d’ici un an ou deux» une demande au ministère de l’Éducation pour la construction d’une autre école secondaire. Il s’agirait de la sixième sur l’ensemble du territoire de la CSPO. 

«La progression de la clientèle est tellement rapide que selon les prévisions, en 2024-2025, l’école secondaire Grande-Rivière sera aussi pleine qu’aujourd’hui, et les deux nouvelles écoles vont être à pleine capacité», dit-il. 

Rappelons que l’école secondaire 040 doit être érigée sur un terrain à proximité du Centre aquatique Paul-Pelletier, dans le secteur Aylmer, tandis que l’école secondaire 041 doit être construite à l’intersection des boulevards du Plateau et de l’Amérique-Française. Toutes deux doivent avoir une capacité de 810 élèves chacune.