Les élèves et le personnel de l’école secondaire Mont-Bleu ont eu toute une frousse vendredi matin, au Centre Asticou.

Faux « Code blanc » à Mont-Bleu

Les élèves et le personnel de l’école secondaire Mont-Bleu ont eu toute une frousse vendredi matin, au Centre Asticou.

À 10 h 25, la procédure de confinement « Code blanc » a été activée.

« On était en deuxième période. Ça faisait peut-être une dizaine de minutes que le cours venait de débuter et l’alarme s’est déclenchée, raconte un élève de cinquième secondaire sous le couvert de l’anonymat. On entendait à l’interphone “Code blanc. Lockdown! Code blanc. Lockdown!” et au début, les professeurs ne semblaient pas certains à savoir si c’était une pratique ou non. On nous a dit de nous cacher, de nous coucher par terre et de rester en silence. Ils ont barré les portes et mis des bureaux devant celles-ci. »

« Quand je me suis couché par terre, je ne savais plus trop quoi penser, poursuit-il. Je me demandais si je devais texter à mon père ou à ma mère, mais on nous avait aussi dit de fermer nos téléphones. Il y avait beaucoup d’émotions ! »

Il s’agissait toutefois d’une fausse alerte.

« Heureusement, il s’agissait d’une fausse alarme due à un changement de batterie d’urgence, précise la direction de l’école dans un courriel envoyé aux parents. Soyez assurés, chers parents, que la sécurité de nos élèves et du personnel demeure une priorité. »

Les élèves ont été confinés dans leurs classes barricadées pour une trentaine de minutes.

« Tout le monde était très stressé et plusieurs ont eu des crises de panique, indique l’étudiant. Certains vivaient mieux la situation que d’autres. Je connais des amis qui se sont mis à pleurer et d’autres qui prenaient ça un peu moins au sérieux. »

Le fonctionnement de l’école et revenu à la normale vers 11 h.

La direction de l’établissement scolaire se dit par ailleurs « désolée des inconvénients ».