Ce n'est pas l'ingéniosité qui manque à l'Université d'Ottawa. On a pu le constater lors de la Journée du design en génie.

Faire le plein de génie à l'Ud'O

À n'en point douter, il y avait beaucoup d'ingéniosité au mètre carré mercredi à l'Université d'Ottawa alors que battait son plein la Journée du design en génie.
Après des mois de travail durant lesquels il y a certes eu quelques nuits blanches, plus d'une centaine d'étudiants de la Faculté de génie présentaient fièrement leurs prototypes et exposaient leurs solutions à des problématiques.
Des maisons à zéro émission de carbone à une application mobile pour la réservation d'espaces de stationnement pour personnes handicapées en passant par des visionneuses à hologramme, des systèmes hydroponiques, des béquilles révolutionnaires ou encore des appareils auditifs entièrement imperméables, les projets des exposants avaient de quoi attirer l'oeil chacun à leur manière.
Capitaine du projet UOttawa Supermileage, qui consiste au développement et à la construction d'un véhicule à une place et des plus efficaces énergétiquement, Marc-André Caron espérait démontrer encore une fois tout le savoir-faire de son équipe.
« On prend un moteur à combustion interne et on le modifie complètement à l'université. On va aussi machiner toutes les pièces nous-mêmes. Le châssis, très aérodynamique, est fabriqué entièrement en fibre de carbone. Cette année, on a aussi refait le système de direction à l'avant pour le rendre plus léger et moins sensible, car l'an dernier on a fait des tonneaux avec l'auto lors d'un essai », de dire le Gatinois au sujet du véhicule appelé Jaws II.
À la fin avril, le groupe prendra part à la course Shell Eco Marathon, présentée à Détroit. Alors que l'an dernier il avait terminé au 16e rang du concours réservé à la relève en génie, il espère cette fois se tailler une place dans le top 5.
« C'est vraiment l'opportunité pour les étudiants de démontrer tout le travail accompli au cours de la dernière année sur leur projet. On veut leur donner la chance de s'exposer devant leurs pairs, les enseignants, le public et l'industrie. Ils aiment ça parce que ça leur permet de mettre en pratique la théorie apprise en classe, de l'appliquer à des problèmes réels », explique le professeur en génie mécanique Patrick Dumond.
Divers prix étaient remis au terme de cette journée et des équipes d'étudiants ayant créé des innovations de style steampunk dans les catégories des technologies portables et de la robotique courraient aussi la chance de présenter leurs créations lors du Gala national des sciences et de l'innovation, le 17 mai au Musée de l'aviation et de l'espace du Canada. 
Il s'agit de l'un des événements organisés dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la Confédération.