La CSPO a l’intention d’utiliser des locaux de l’école des Tournesols pour la clientèle de première secondaire voie régulière de l’école secondaire Grande-Rivière pour l’année scolaire 2020-2021.

Élèves de première secondaire logés au primaire: l’arrimage des élèves doit se faire avec harmonie

L’un des défis auxquels fait face la commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) dans son projet de placer des élèves de première secondaire du secteur Aylmer dans une école primaire l’année prochaine est de s’assurer que l’arrimage des élèves touchés se fasse de manière harmonieuse alors qu’il s’agit d’une période charnière dans leur vie.

Certains parents et des membres du personnel enseignant ont exprimé des inquiétudes lundi soir devant les membres de la CSPO lors d’une rencontre publique concernant son intention d’utiliser des locaux de l’école des Tournesols pour la clientèle de première secondaire voie régulière de l’école secondaire Grande-Rivière pour l’année scolaire 2020-2021.

C’est la solution étudiée par la CSPO afin de pallier la surpopulation de l’école Grande-Rivière causée par les retards dans la livraison de la future école 040, qui doit maintenant être prête en 2021.

Une enseignante de première secondaire à l’école Grande-Rivière s’est dite « vraiment inquiète » pour la pédagogie qui sera offerte aux élèves affectés. Comment les services d’orthopédagogie à l’école des Tournesols pour les élèves de première secondaire seront offerts demeure pour elle une question encore sans réponse.

« On parle de la clientèle voie générale qui est la plus concernée par les services d’orthopédagogie. Je suis inquiète de ce côté-là à savoir comment on va pouvoir dispenser tous ces services qui sont généralement déjà compliqués d’avoir dans une école », a partagé l’enseignante, qui se demande aussi comment ça va se passer avec les laboratoires et les ordinateurs portables, et qui souhaite que l’équipe d’enseignants du secondaire 1 soit consultée en lien avec tous ces changements.

L’option privilégiée par la CSPO devrait avoir un impact sur 230 élèves de la sixième année qui font leur entrée au secondaire. Le directeur général adjoint de la CSPO, Stéphane Lacasse, a dit avoir confiance en la capacité et le bon vouloir des professionnels des écoles pour mettre en place les choses qui répondront aux besoins des enfants, si la commission scolaire devait aller de l’avant avec la proposition.

« J’ai eu à discuter très souvent avec le personnel de Grande-Rivière. Nous avons fait face à plusieurs défis dans la vie professionnelle de l’école secondaire Grande-Rivière. C’est une école qui a toujours su relever ces défis-là. Je tiens à rassurer les parents sur la capacité de l’équipe-école à être capable de mettre en place ce qu’il faut pour répondre aux besoins des élèves, autant ceux qui vont rester ici que ceux qui se retrouveraient possiblement dans un autre milieu », a indiqué M. Lacasse.

Un père de famille a tenu à rappeler que cette transition entre le primaire et le secondaire peut être une source d’anxiété pour les élèves.

« Il faut qu’on s’assure que ceux qui iront à l’école des Tournesols seront contents d’y aller. Si vous avez besoin de nous pour les appuyer, ou pour d’autres démarches, nous devons connaître le plan de communication et comment on s’assurera que les enfants seront contents d’y aller, même si c’est pour une année. Il faut vraiment que la première secondaire soit une période où ils sont contents, qu’ils apprécient l’éducation, et que ça se continue [avec l’école où ils poursuivront leurs études secondaires] », a fait valoir l’homme.

Rappelons que la décision de modifier ou non l’acte d’établissement des écoles des Tournesols et Grande-Rivière en vertu du plan proposé sera connue au plus tard le 15 janvier 2020.

Quelque 125 personnes ont assisté à la rencontre publique.