Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, souhaite réinstaurer l'ancienne version du programme d'éducation sexuelle, mise en place il y a 20 ans.

Éducation sexuelle en Ontario: les enseignants baignent dans la confusion

TORONTO — À moins d’un mois du retour en classe, les conseils scolaires de l’Ontario n’ont toujours pas reçu le matériel didactique lié à l’ancien programme d’éducation sexuelle que veut remettre en place le gouvernement de Doug Ford.

Selon une porte-parole de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario, les conseils n’ont pas encore reçu d’instructions du gouvernement progressiste-conservateur à ce sujet.

Le gouvernement Ford a annoncé le mois dernier qu’il irait de l’avant avec son engagement électoral de supprimer la version modernisée du programme d’éducation sexuelle, qui aborde notamment des questions telles que le consentement sexuel et la cyberintimidation. En attendant un nouveau programme, il avait promis de réinstaurer l’ancienne version du programme, mise en place il y a 20 ans.

Mais une certaine confusion règne au sujet de ce que les enseignants seront censés enseigner à la suite des messages contradictoires de la ministre de l’Éducation, Lisa Thompson. Celle-ci avait déclaré, le mois dernier, que seule une partie de la plus récente version du programme serait écartée.

Un porte-parole de la ministre a dit jeudi que les conseils scolaires recevraient des instructions et du matériel « dans un avenir proche », sans apporter de plus amples précisions.

Le précédent gouvernement libéral avait mis à jour le programme d’éducation sexuelle en 2015.

Les opposants à la réforme, en particulier les « conservateurs sociaux », s’insurgeaient contre les éléments concernant le mariage homosexuel, l’identité de genre et la masturbation. Le premier ministre Doug Ford a promis qu’un gouvernement conservateur remplacerait ce programme par un autre qui serait « plus approprié ».

Les consultations sur le prochain programme s’amorceront en septembre. Le gouvernement a donné peu de renseignements sur la manière dont elles seront menées.

Les deux plus grands syndicats d’enseignants de la province se sont prononcés contre le retour à l’ancien programme et se sont engagés à défendre leurs membres qui continueront à suivre le programme de 2015 pour aider leurs élèves.

« Nous savons que nous avons des membres qui se sentent pris au piège entre leur obligation de suivre les directives de l’employeur et leur impératif éthique d’assurer la sécurité des jeunes », a déclaré le président de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario, Harvey Bischof.