En 30 ans, la proportion des étudiants de langue maternelle autre que le français et l'anglais a plus doublé dans les cégeps francophones.

Écoles francophones: hausse de la population allophone

MONTRÉAL - La très grande majorité des élèves dont la langue maternelle est autre que le français ou l'anglais fréquentent désormais des écoles primaires et secondaires francophones: ils sont passés de 15 à 89 pour cent entre 1971 et 2015, rapporte l'Office québécois de la langue française (OQLF).
Une progression très marquée, note l'Office, qui a publié deux rapports vendredi, soit un sur l'enseignement collégial et l'autre sur les établissements préscolaires, primaires et secondaires.
L'OQLF relève aussi une hausse importante de près de 20 points de pourcentage depuis 1976 du nombre d'anglophones qui fréquentent une école française, cette proportion atteignant même 28 pour cent en 2015.
D'ailleurs, cette année-là, la très grande majorité des élèves du Québec - toutes langues maternelles confondues - apprenaient leur alphabet à l'école en français, soit 90 pour cent de ceux du préscolaire, primaire et secondaire.
Cette proportion était de 80 pour cent sur l'île de Montréal et de 93,7 pour cent dans les autres régions.
Pour bien mesurer ces données, l'OQLF précise qu'en 2015, 76,6 pour cent des élèves du Québec étaient de langue maternelle française, 8 pour cent de langue maternelle anglaise et 15 pour cent de langue maternelle tierce. De 1971 à 2015, la proportion d'élèves de langue maternelle tierce a plus que triplé, est-il noté.
Enseignement collégial
En 30 ans, la proportion des étudiants de langue maternelle autre que le français et l'anglais a plus doublé dans les cégeps francophones.
Ils étaient 25 pour cent en 1985, mais 58 pour cent en 2015.
D'un autre côté, les francophones vont un peu moins au cégep en français - une baisse de 2,8 points de pourcentage en 30 ans.
L'OQLF dit avoir basé son rapport sur les données fournies par le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.