L'école élémentaire 036 du Plateau pourrait devoir repousser sa rentrée officielle qui était prévu pour l'automne 2019.

École 036: une rentrée en 2019 est peu probable

Le nouveau président de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO), Mario Crevier, a avoué en entrevue au Droit, lundi, qu’il était fort peu probable que la nouvelle école élémentaire 036 du Plateau soit finalement prête à accueillir ses premiers élèves pour la rentrée de 2019.

Après le quiproquo ayant entraîné le départ de l’ex-présidente Johanne Légaré qui avait annoncé le report de la rentrée scolaire de 2019 en pointant du doigt la Ville de Gatineau et le promoteur propriétaire du terrain comme étant les responsables de ce retard, les commissaires s’étaient engagés à tout faire pour respecter la date d’ouverture initiale de l’école, soit septembre 2019.

Mais force est de constater que le nouveau président ne semble pas, lui non plus, vraiment y croire.

« On vise toujours 2019, mais c’est plus 2020 [...] On va vraiment avoir l’information si l’école va ouvrir l’an prochain à notre prochain conseil de juin. On va avoir toute l’information nécessaire pour affirmer à la population si l’école aura lieu en septembre 2019 ou en septembre 2020 », a expliqué l’ex-commissaire devenu président.

Un conseil extraordinaire avait été convoqué, ce lundi, en fin de journée, pour nommer un successeur à Johanne Légaré, l’ex-présidente démissionnaire.

Puisque nous ne sommes qu’à quelques mois d’une élection scolaire, prévue pour novembre, la CSPO pouvait procéder à une nomination plutôt que déclencher une élection partielle qui aurait pu coûter jusqu’à 200 000$ aux contribuables, selon M. Crevier.

C’est donc l’ex-vice-président de la CSPO, Mario Crevier, qui assurait l’intérim depuis le départ précipité de Mme Légaré, qui prend officiellement les rênes de la commission scolaire. Un nouveau commissaire devra donc être nommé sous peu pour le remplacer dans Aylmer.

M. Crevier a avoué que le règne plus autocratique de sa prédécesseure était terminé et qu’il insufflerait « un vent de fraîcheur » au conseil des commissaires, parfois tiraillé par des divergences d’opinions.