Les Gatinois Charles-Antoine Hallé (ci-dessus) et son complice Edouard Wakim ont lancé le jeu de société <em>Trump the World, </em>dans lequel les joueurs doivent démêler les vraies citations de Donald Trump de celles qui relèvent de la fausse nouvelle.
Les Gatinois Charles-Antoine Hallé (ci-dessus) et son complice Edouard Wakim ont lancé le jeu de société <em>Trump the World, </em>dans lequel les joueurs doivent démêler les vraies citations de Donald Trump de celles qui relèvent de la fausse nouvelle.

Deux Gatinois ont créé un jeu caustique sur Donald Trump

Deux jeunes entrepreneurs de Gatineau ont lancé à la mi-juillet le jeu de société Trump The World.

Ce jeu d’ambiance humoristique comporte 144 cartes comportant chacune une citation attribuée à l’actuel président des États-Unis. 

L’objectif  des joueurs est de déterminer quelles citations – parmi les propos étonnants ou provocateurs inscrits sur les cartes – ont effectivement été dites, twittées, ou publiées par Donald Trump, et lesquelles sont de pures inventions. 

Les joueurs disposent d’une carte double-face leur permettant de voter, selon qu’ils estiment avoir à faire à une authentique citation ou à une «fake news». Parfois, ils doivent compléter une citation à laquelle il manque un mot. Le premier joueur à donner 10 bonnes réponses remporte la partie.

Lorsqu’il s’agit bel et bien de propos «présidentiels», les cartes identifient alors la source (autobiographie, compte Twitter, allocution ou conférence de presse, etc.) d’où la phrase est tirée. 

«Battre Trump à son propre jeu»

Bref, «les joueurs doivent battre Trump à son propre jeu en identifiant ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas!» résume l’un des deux co-créateurs, Charles-Antoine Hallé, ravi de préciser que le jeu «contient toutes les citations les plus célèbres et ridicules de Trump». Le paquet de cartes contient aussi 10 cartes vierges, où l’on pourra ajouter de futures citations de Trump – ou de fausses citations tout aussi savoureuses.

Le jeu a pour objectif secondaire de «lutter de manière ludique contre la désinformation politique», avance M. Hallé, qui œuvre en milieu scolaire et parascolaire. 

Il dit espérer que Trump the World puisse devenir «un vecteur de changement, afin d’encourager la relève et la jeunesse à se forger leurs propres opinions politiques et de ne pas se contenter de ce qui est dit et écrit sur les réseaux sociaux».

«L’idée nous est venue en regardant les points de presse du président lors de la pandémie, et en réalisant le nombre d’absurdités qui étaient propagées [sur la Toile]. Nous y avons tout de suite vu une opportunité incroyable», retrace Charles-Antoine Hallé.

Fibre entrepreneuriale 

M. Hallé a fondé en 2017 Apprends et entreprends, une société spécialisée dans l’élaboration de matériel pédagogique en études entrepreunariales. 

Il «accompagne» aussi des jeunes de 12 à 17 ans sur le chemin du succès dans le cadre de formations parascolaires ainsi qu’à l’école secondaire du Versant, où il a commencé à donner des cours liés au monde des affaires.

Par ce jeu, M. Hallé tenait à développer un projet qui puisse « démontrer aux étudiants qu’il est possible de transformer une situation négative en opportunité d’affaires».

Traduction à venir ?

Trump the World n’est disponible qu’en anglais pour l’instant, mais ses concepteurs songent à le faire traduire en français. 

«On a eu énormément de réactions positives sur Internet, dès les premiers jours de la mise en marché, mais aussi des commentaires de gens qui regrettaient que le jeu ne soit pas en français», a confié M. Hallé au Droit. 

«Avec les élections américaines qui approchent à grands pas, on ne voulait pas trop attendre avant de lancer le jeu , mais on est conscient de son potentiel commercial, et du fait qu’il mérite une traduction. On commence même à envisager d’en faire une adaptation portant sur Justin Trudeau et la politique canadienne», poursuit-il. 

Prévu pour une partie de trois à dix joueurs de 16 ans et plus, Trump the World est entièrement produit au Québec, soutient M. Hallé.

Il est présentement vendu exclusivement en ligne (au prix de 29,80$), via le site trumptheworld.us. «Des efforts sont déployés afin d’en faire la distribution à travers les commerces de l’Amérique du Nord», avance toutefois l’équipe de concepteurs.

Les deux co-auteurs ont 21 ans. Le second concepteur, Edouard Wakim, est un Gatinois d’origine qui s’est récemment implanté à Montréal, indique M. Hallé, qui, dans l'urgence, a décidé d'auto-éditer son jeu, via Apprend et Entreprend. «On est en train de s’incorporer [en tant qu'éditeur de jeu] et de séparer les deux entités» administratives, indique-t-il – avant de préciser qu'il est trop tôt pour dévoiler le nom que portera la structure d'édition.

Le design du jeu de cartes est quant à lui signé par Carolane Gagnon, une Gatinoise dans la mi-vingtaine qui a récemment gradué de La Cité, et qui vient de fonder la société de design graphique Coconut Design.