Des préposés au stationnement et même des policiers de Gatineau sont appelés en renfort pour remplacer des brigadiers adultes depuis la réouverture des écoles, le 11 mai.
Des préposés au stationnement et même des policiers de Gatineau sont appelés en renfort pour remplacer des brigadiers adultes depuis la réouverture des écoles, le 11 mai.

Des préposés au stationnement et des policiers pour remplacer des brigadiers

Des préposés au stationnement et même des policiers de Gatineau sont appelés en renfort pour remplacer des brigadiers adultes depuis la réouverture des écoles, le 11 mai.

Vêtus de leur uniforme habituel, des préposés au stationnement et des membres du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) ont été aperçus ces dernières semaines avec la traditionnelle pancarte octogonale rouge «arrêt» à la main pour assurer la sécurité des écoliers à différentes intersections ou passages piétonniers de la ville.

Ces scènes inhabituelles découlent du contexte particulier entourant la réouverture des écoles le mois dernier, en pleine pandémie de COVID-19.

«Sur 128 brigadiers réguliers, la Ville a dû remplacer 64 brigadiers qui ont été retirés de leur fonction à la suite des mesures gouvernementales annoncées, a indiqué le service des communications de la municipalité. Les brigadiers réguliers sont d’abord remplacés par les brigadiers surnuméraires. De plus, la Ville a fait appel à du personnel qui était sans affectation.»

La Ville précise qu’à l’heure actuelle, un employé est attitré à chaque poste de brigadier. Il peut évidemment s’agir de brigadiers, mais aussi de cols blancs ou de travailleurs occasionnels ou du secteur aquatique. Lorsque l’un de ces employés est absent, la Ville fait appel à des préposés au stationnement et, «en dernier recours», à des policiers.

Huit préposés au stationnement effectuent ainsi des remplacements à temps complet comme brigadiers depuis la reprise des activités scolaires, le 11 mai. En dehors des heures pendant lesquelles ils aident les écoliers à traverser la rue, ils retournent à leur travail habituel. Des policiers sont pour leur part affectés «de façon sporadique» au remplacement de brigadiers adultes.

L’utilisation de telles ressources n’occasionne pas de dépenses supplémentaires, assure la Ville de Gatineau. Bien que les salaires des préposés au stationnement et des policiers soient supérieurs à celui des brigadiers adultes, les remplacements qu’ils effectuent aux intersections ou passages piétonniers se font lors de leurs quarts de travail habituels.

La Ville souligne par ailleurs avoir besoin de brigadiers pour la prochaine année scolaire dans les secteurs Aylmer, Hull, Masson-Angers et Buckingham.