Le sociologue Guy Rocher appuie le Mouvement L'École ensemble.

Des parents gatinois contre la ségrégation scolaire

Avec l'appui d'un membre de la fameuse commission Parent, des parents de Gatineau tentent de démarrer un mouvement politique au Québec contre ce qu'ils appellent la « ségrégation scolaire ».
Le Mouvement L'École ensemble veut mettre fin à l'« écrémage » qui fait que les meilleurs élèves sont de plus en plus séparés physiquement des moins bons élèves dans les écoles du Québec.
Ce n'est plus seulement le privé qui attire les élèves les plus doués.
Le réseau public a aussi créé ses propres programmes particuliers, comme les écoles internationales, pour retenir la crème des écoliers.
Cette dynamique a mené à la création d'une « école à trois vitesses » au Québec, selon Stéphane Vigneault, coordonnateur du mouvement L'école ensemble. 
Or en donnant à certaines écoles la possibilité de sélectionner les meilleurs élèves, on accentue les problèmes du système scolaire au Québec, notamment le décrochage, soutient-il.
Le sociologue Guy Rocher, qui a été membre de la commission Parent ayant mené à une grande réforme du système scolaire dans les années 1960, appuie le mouvement.
Celui-ci a le mérite de sortir des ornières le sempiternel débat sur l'école privée subventionnée, dit-il. La ségrégation scolaire est devenue une « caractéristique dominante » de nos écoles, ajoute M. Rocher.
Il évalue qu'au secondaire, 21 % des enfants sont au privé, tandis qu'au moins un autre 20 % est dans des programmes enrichis.
« En séparant ainsi physiquement nos enfants, nous foulons au pied le principe d'égalité des chances. Jamais nous, les rédacteurs du rapport Parent, n'aurions pu imaginer une telle démission collective. »
Le mouvement a commencé à faire circuler une pétition. Il souhaite faire pression auprès des différents partis politiques du Québec pour mettre fin au financement public de l'école privée et à la sélection des élèves, tant au primaire comme au secondaire.