Le Service de police de la Ville de Gatineau aura les automobilistes à l’œil au moment de la rentrée scolaire sur sont territoire.

Des amendes deux fois plus salées dans les zones scolaires

Les automobilistes québécois qui ont le pied trop pesant en circulant dans une zone scolaire s’exposent désormais à des amendes deux fois plus salées qu’avant.

À l’aube de la rentrée dans les différentes écoles de son territoire, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) rappelle aux usagers de la route que « s’il est vrai que la prudence et la vigilance sont de mises tout au long de l’année, cela l’est d’autant plus en cette période frénétique ».

Lors de la rentrée scolaire de 2018, le SPVG a remis 319 constats d’infraction pour des excès de vitesse en zone scolaire. Quelques cas de grands excès de vitesse — des véhicules circulant à plus de 40 km/h au-dessus de la limite permise — ont même été observés.

Les amendes pour les excès de vitesse sont maintenant doublées. Cette mesure, entrée en vigueur le 1er août dernier, s’applique « dans les zones scolaires, en période scolaire ». « Les amendes peuvent alors varier entre 50 $ et 310 $ », indiquait récemment Transport Québec en précisant que l’objectif est « de protéger les usagers de la route qui sont parmi les plus vulnérables : les enfants ».

Alors que certains conducteurs pris en flagrant délit d’excès de vitesse reconnaissent leur faute sur-le-champ, l’agente Renée-Anne St-Amant, porte-parole du SPVG, souligne que d’autres présentent des excuses comme la distraction ou la crainte d’être en retard. Cela n’empêche toutefois pas les policiers de leur remettre des constats d’infraction.

Le SPVG mènera d’ailleurs des opérations radar « dans l’ensemble des zones scolaires, en plus des opérations qui seront effectuées à l’aide d’appareils automatisés du contrôle de la vitesse (radars photo) ».

Autobus scolaires

Une attention particulière doit aussi être accordée aux autobus scolaires. Les conducteurs qui ne s’arrêtent pas à au moins cinq mètres d’un autobus scolaire dont les feux rouges clignotent, qui le dépassent ou le croisent peuvent recevoir une amende de 200 $ à 400 $ et neuf points d’inaptitude. L’arrêt n’est toutefois pas obligatoire si l’autobus scolaire circule du côté opposé d’un terre-plein, précise la Société de l’assurance automobile du Québec sur son site Internet. Transport Québec rappelle pour sa part que depuis l’an dernier, les cyclistes sont aussi tenus de s’arrêter à au moins cinq mètres d’un autobus dont les feux rouges clignotent.

Le respect des consignes des brigadiers scolaires est aussi de mise, puisque des amendes sont prévues tant pour les conducteurs que les cyclistes qui ne s’y conforment pas.

Préparation

Les parents qui s’apprêtent à vivre leur première rentrée sont par ailleurs invités à se familiariser avec le secteur près de l’école avant le grand jour, afin de prendre connaissance de la signalisation en place et de déterminer à quel endroit ils peuvent déposer leur enfant de manière sécuritaire s’ils s’y rendent en voiture. Le « syndrome de la porte » est aussi à éviter, puisque l’entrée principale des établissements « n’est pas nécessairement l’endroit le plus sécuritaire pour y déposer les enfants », souligne le SPVG.

Pour les marcheurs, il est recommandé de revoir avec eux les règles de sécurité et de faire avec eux le trajet vers l’école avant la rentrée.