L'exception pour les signes religieux présents à de nombreux endroits ravit le président de la CSPO, Jocelyn Blondin.

Coupes à la CSPO: le syndicat inquiet

Le Syndicat du soutien scolaire de l'Outaouais craint les effets des coupures anticipées à la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO). Les services aux étudiants ne seront pas épargnés, selon eux.
La Presse révélait vendredi dernier que les services de garde en milieu scolaire écoperaient des compressions imposées aux commissions scolaires. Le financement de Québec sera réduit de 9%, 20%, et même 43%, selon leur taille, ce qui fait craindre le pire au président du Syndicat du soutien scolaire de l'Outaouais, Pierre Provençal. «Ça devient inquiétant. Dans sa façon d'agir, le gouvernement se dirige vers la privatisation de plusieurs services. Là, on parle des services de garde. Tout le soutient à l'éducation écope et nous, on le déplore, mentionne M. Provençal. Nous avons un rôle pédagogique important.»
Pierre Provençal affirme que la CSPO lui a indiqué à deux reprises que 2,1 millions $ seront retranchés du budget 2015-2016. De son côté, la commission scolaire n'a pas voulu confirmer ou infirmer ces chiffres. «Il y a eu des discussions informelles. [...] Mais nous ne sommes pas au stade de mettre un chiffre. On ne peut pas dire s'il y aura des coupures ou non, on ne sait pas», a commenté Pierre Ménard, directeur des communications. Le budget de la CSPO doit être présenté à la fin juin.
Le syndicat soutient avoir plusieurs questions sans réponses pour le moment. Il aimerait connaître quels services seront touchés et quels seront les impacts directs sur les élèves. M. Provençal dit craindre des répercussions aussi majeures qu'à la Commission scolaire des Draveurs, où quelque 2,6 millions$ ont été retranchés.
«Il y a des coupes majeures dans les deux commissions scolaires (CSD et CSPO). On ne m'a pas donné l'ampleur au niveau de la CSPO encore, mais c'est très inquiétant.»