Alors que la CSPO soutient que le ministère est prêt à collaborer «s’il y a un besoin», le ministre Lacombe n’est pas prêt à dire qu’un chèque sera au rendez-vous pour assumer la facture des classes modulaires.
Alors que la CSPO soutient que le ministère est prêt à collaborer «s’il y a un besoin», le ministre Lacombe n’est pas prêt à dire qu’un chèque sera au rendez-vous pour assumer la facture des classes modulaires.

Classes modulaires dans le Plateau: l'aide financière de Québec incertaine

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, ne prend aucun engagement d’aide financière pour l’ajout de classes modulaires que souhaite faire la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) dans des écoles primaires du Plateau l’an prochain.

Invité à réagir au nouveau report de l’ouverture de l’école primaire 036, M. Lacombe a souligné vendredi que la CSPO aurait pu garder le cap pour une rentrée en 2020, au lieu de la repousser à 2021.

«Il y a eu un choix à faire du côté de la CSPO, a indiqué le ministre responsable de la région. Nous, on avait déjà approuvé les plans de l’école, donc le projet allait bon train et on a informé la commission scolaire dans les dernières semaines qu’il y avait une possibilité de bonifier le financement, donc d’obtenir une somme supplémentaire pour avoir plus d’espace dans l’école. La commission scolaire aurait pu refuser et continuer son projet. La commission scolaire a plutôt choisi d’avoir une école plus grande, de prendre ce montant-là qu’on lui octroyait et puis de faire les travaux, ce qui prolonge d’un an effectivement.»

À LIRE AUSSI: Autre report de l'ouverture de l'école 036: des classes modulaires envisagées dans le Plateau

Le directeur général de la CSPO, Jean-Claude Bouchard, avait fait valoir la veille que dans une vision à long terme, l’organisation a fait un «choix judicieux» en acceptant de repousser l’ouverture afin d’ajouter davantage d’espace pour répondre aux besoins générés par l’ajout de locaux pour les maternelles quatre ans.

«Le plus rapidement, c’est toujours le mieux, a pour sa part reconnu Mathieu Lacombe. En même temps, je comprends que la CSPO a des enjeux à gérer. [...] On souhaite évidemment que ce soit le plus rapidement possible, mais j’ai confiance que la CSPO fait ce qu’elle peut.»

Consciente que le report de l’ouverture de l’école 036 - initialement prévue pour 2019 - générera un important surplus d’élèves dans le quartier du Plateau, la CSPO envisage d’installer «une douzaine» de classes modulaires aux écoles de l’Amérique-Française et du Plateau l’an prochain.

Alors que la CSPO soutient que le ministère est prêt à collaborer «s’il y a un besoin», le ministre Lacombe n’est pas prêt à dire qu’un chèque sera au rendez-vous pour assumer la facture des classes modulaires.

«C’est une bonne question, il faudrait voir, a mentionné M. Lacombe. C’est certain qu’on souhaite toujours que les élèves soient le plus près possible de leur lieu de résidence. Il y a toute la question de la qualité de vie des familles à prendre en considération. [...] Je suis sensible à ça, non seulement parce que j’ai de jeunes enfants, dont un petit qui commence la maternelle, mais aussi parce que je suis ministre de la Famille, donc c’est une question qu’il faudrait regarder.»