Cinq nouveaux étudiants d’Ottawa boursiers de la Fondation Baxter et Alma Ricard

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Cinq étudiants d’Ottawa se sont mérité l’une des 12 bourses d’études décernées par la Fondation Baxter et Alma Ricard, cette année. Il s’agit de la meilleure cuvée dans la capitale fédérale depuis l’année scolaire 2011-12.

Annuellement, la Fondation Baxter et Alma Ricard octroie des bourses d’études à des Canadiens francophones en situation minoritaire de deuxième et troisième cycles. Au total cette année, les 12 lauréats se seront finalement partagé une somme de 368 000 $.

« Ça change un peu ma vie », lance Anaïs Lemyre au bout du fil lorsque jointe par Le Droit. La Franco-Ontarienne de 25 ans prendra en effet le chemin de l’Angleterre à la mi-septembre afin d’aller y poursuivre son doctorat en Épidémiologie et santé publique au Département de géographie et de l’environnement à l’Université d’Oxford.

« Avec les frais internationaux, c’était assez coûteux, mais là, l’appui de la Fondation vient confirmer que je pourrai y aller pour les trois prochaines années, dit-elle. Appliquer et rentrer c’est une chose, mais d’y aller, c’en est une toute autre ! C’est un rêve qui se réalise. »

« Au début, je croyais qu’ils avaient fait une erreur, poursuit l'étudiante en riant. Je ne m’y attendais pas. Le courriel s’était retrouvé dans mon junk mail et non dans ma boîte de réception. Mais quand j’ai finalement compris que c’était vrai, j’ai tout de suite appelé mes parents pour leur faire part de la bonne nouvelle. »

Anaïs Lemyre

Pour Élisabeth Bélanger-Hardy, cette bourse de la Fondation Baxter et Alma Ricard lui permettra d’entamer sa maîtrise de deux ans à l’École de santé publique de l’Université de Montréal plus rapidement que prévu.

« En ce moment, je travaille comme infirmière sur une unité de psychiatrie à l’Hôpital d’Ottawa, dit-elle. J’aurais probablement continué de travailler quelques années pour pouvoir me permettre de compléter ma maîtrise sans avoir de dettes étudiantes à la fin. »

« C’est un beau soutien financier et je suis très reconnaissante envers la Fondation, ajoute-t-elle. Je trouve ça incroyable que nous, les Franco-Ontariens, ayons une fondation pour nous appuyer, nous encourager et pour promouvoir la francophonie même dans les provinces minoritaires comme ici, en Ontario. »

Les trois autres lauréats d’Ottawa à avoir obtenu une bourse sont Christian Quirouette (Physique biomédicale, ph.D.), qui prendra le chemin de l’université Ryerson, à Toronto ; Arnaud Vadeboncoeur (Génie civil, ph.D.), qui se dirigera vers l’Université de Cambridge et Sabrina Teta (Droit, LL.B.), qui poursuivra ses études à l’Université de Moncton.

« Depuis la création de la Fondation en 1998, plus de 23 millions de dollars ont été octroyés en bourses à des francophones hors Québec, perpétuant ainsi le rêve des Franco-Ontariens Baxter et Alma Ricard d’assurer la réussite académique et financière des jeunes francophones », a déclaré le président de la Fondation, André Desmarais, par communiqué.

Au total, près de 70 candidatures « de qualité » et provenant de partout au pays ont été analysées.

«Le processus de sélection est difficile à chaque année puisque ce sont tous des bons étudiants», conclut le directeur général de la Fondation Baxter et Alma Ricard, Alain Landry.