Les bals de finissants s’avèrent un moment fondateur dont on se rappelle tous, selon Catherine Laurier, professeure en psychoéducation à l’Université de Sherbrooke.
Les bals de finissants s’avèrent un moment fondateur dont on se rappelle tous, selon Catherine Laurier, professeure en psychoéducation à l’Université de Sherbrooke.

«C’est un moment de fierté»

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La forme qui sera privilégiée pour souligner le passage à l’étape suivante pour les finissants du secondaire n’a pas tant d’importance, selon une chercheuse. Mais elle souligne à grands traits une chose : cette célébration ne doit surtout pas être escamotée et s’avère le moment idéal pour démontrer notre fierté collective à l’endroit des jeunes qui ont multiplié les sacrifices depuis 15 mois.