Le président de la commission scolaire au Coeur-des-Vallées, Éric Antoine

Budget de la CSCV: de l’argent neuf pour les services aux élèves

Les élus de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) ont adopté, mercredi soir, un budget de fonctionnement 2019-2020 de 89,4 millions $. En vertu du nouveau système de taux unique de taxation scolaire, celui-ci est fixé à 0,127 81 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière pour l’année à venir.

Il s’agit d’un quatrième budget équilibré consécutif pour la CSCV, a tenu à rappeler le président de la commission scolaire, Éric Antoine, lors de la séance des commissaires tenue à Buckingham.

Au final, près de 7 millions de dollars supplémentaires sont injectés dans les coffres de la CSCV pour la prochaine année scolaire, en comparaison avec 2018-2019 quand le budget se chiffrait à 82,6 millions de dollars.

Ces sommes serviront à bonifier les services aux élèves. Parmi les faits saillants figurant au budget de fonctionnement et d’investissement, on retrouve l’ajout de plus de 300 heures en heures pour l’embauche de techniciens en éducation spécialisée et de préposés aux élèves handicapés qui seront appelés à œuvrer dans des classes transit et TSE. Cette mesure coûtera plus d’un demi-million de dollars, a précisé le directeur général de la commission scolaire, Daniel Bellemare. Un plancher de services pour les heures TES sera implanté dans l’ensemble des écoles du territoire. L’ajout de classes d’aide et l’embauche d’un professionnel pour l’éducation à la sexualité sont également parmi les nouveaux services prévus. Des enveloppes supplémentaires ont aussi été réservées pour le maintien des bâtiments.

« Il y a des montants incroyables qui sont réinjectés dans éducation, chose que nous attendions depuis très longtemps. [...] Maintenant, on peut déployer une plus grande envergure de services que nous n’étions pas capables d’offrir auparavant. Nous étions déjà sur une bonne lancée au niveau de notre taux de diplomation et de notre taux de décrochage. Maintenant, avec ces services-là, je ne peux même pas m’imaginer à quel point on va pouvoir répondre aux besoins dans nos écoles pour nos élèves », s’est réjoui Éric Antoine.

Le vice-président de la CSCV, Sylvain Tremblay, a pour sa part indiqué qu’il s’agissait d’un « beau jour pour l’éducation au Québec », soulignant que les nombreuses années de compression étaient désormais derrière le rétroviseur.

« Cette année, je pense qu’on peut dire, avec les réinvestissements qui ont été faits, que finalement nous allons récupérer. Nous avons de l’argent neuf pour les services aux élèves, nous avons de l’argent neuf pour les immeubles et l’entretien et pour des mesures concrètes dans les écoles. J’espère juste, et je tiens à le dire publiquement, qu’on ne retournera jamais dans ces années de coupures qui se sont faites sur le dos de nos élèves. C’était indécent », a-t-il déclaré.