Le projet de l’école 036 de retour au conseil des commissaires de la CSPO.

Besoin scolaires dans le Plateau: une meilleure prévision est souhaitée

Certains parents exaspérés par les changements de bassins aux écoles du quartier Plateau à Gatineau auraient souhaité voir une meilleure prévision des besoins scolaires du secteur par les autorités.

Quelque 75 parents ont assisté jeudi soir à une séance d’information publique de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) sur la création du bassin de la nouvelle école primaire 036 qui implique des modifications aux bassins de l’école de l’Amérique-française et de l’école du Marais à compter de l’année scolaire 2020-2021. La nouvelle école doit être construite près de l’intersection des boulevards du Plateau et d’Amsterdam avec une ouverture prévue en 2021.

La densification des habitations dans le Plateau au fil des ans a contribué à un boom démographique avec l’arrivée de nombreuses jeunes familles avec des enfants d’âge scolaire. Certaines familles ont des enfants dans des écoles différentes, ce qui crée beaucoup de défis pour les parents, d’où le besoin pour de nouvelles écoles.

« Il y a des choses qui sont prévisibles, a indiqué un père de deux enfants devant les commissaires scolaires. Il risque d’y avoir plusieurs autres définitions de bassins, et on sait ce que ça fait, soit que des enfants qui ont été déplacés d’une école puissent être redéplacés. Je pense qu’il y a moyen d’aller au ministère (de l’Éducation) et de leur expliquer la situation voulant que ça fait des années que ça dure dans le secteur. Je pense qu’il y a moyen d’avoir une intervention pour stabiliser les bassins ».

Le commissaire Frédéric Barbeau a expliqué que la CSPO a des discussions avec la Ville de Gatineau, mais que les promoteurs immobiliers ne sont pas tenus de leur annoncer leurs projets.

« Depuis la dernière élection municipale, on observe que la Ville de Gatineau est en train de changer sa façon de voir les choses et qu’elle comprend qu’un quartier ça se planifie dans un ensemble, soit pas juste avec des rues, des trottoirs et des parcs, mais aussi avec une école. Présentement, on voit que la Ville exige que les promoteurs, dans leurs projets futurs, incluent un terrain réservé pour une école », a partagé M. Barbeau, qui a aussi signalé que le gouvernement provincial « est très au courant que ça va vite ici, qu’on grossit et qu’à terme la commission scolaire aura doublé son nombre d’élèves ».

« Il y a une question de mentalité à l’autre bout de ne plus être en réaction, mais plutôt en action et en prévision. C’est difficile de faire changer une grosse machine comme ça pour y arriver. Il faut laisser le temps, malheureusement », a continué M. Barbeau.

Stéphane Lacasse, directeur général adjoint de la CSPO, a indiqué que depuis l’année dernière la commission scolaire a embauché une firme externe qui est venue faire une analyse des développements pour les dix prochaines années dans le secteur couvert par la commission.

« On travaille maintenant avec une prévision qui ne vient pas seulement du ministère, mais qui tient compte des développements immobiliers prévus. Ça nous aide beaucoup pour débattre des points sur la progression de notre clientèle au niveau du ministère », a-t-il partagé.

Le secteur compte quatre écoles avec présentement 2890 élèves de niveaux préscolaire et primaire. Ce nombre devrait bondir de 13 % en 2023-2024 pour passer à 3210, selon des prévisions gouvernementales.

+

Trois contrats octroyés sans réponse de Québec

Pressant Québec de lui donner le feu vert en autorisant la hausse de la facture pour ces trois futurs établissements, la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) a octroyé mercredi soir les contrats de construction pour l’école primaire 036 ainsi que les écoles secondaires 040 et 041.

Dans les trois cas, le conseil des commissaires a réitéré au ministère de l’Éducation « la nature urgente d’obtenir le financement additionnel compte tenu des délais de réalisation requis afin de respecter les délais de livraison pour que l’école soit en opération le plus rapidement possible ». 

Lors d’une séance extraordinaire, la CSPO a accordé à l’entreprise Industries CAMA le contrat pour construire l’école primaire 036, qui sera érigée près du carrefour giratoire où se croisent le boulevard du Plateau et la rue de l’Amérique-Française. Le montant total est de 17 274 000 $. 

L’ouverture de cet établissement, qui devait initialement avoir lieu en 2019, a été repoussée en 2020 puis 2021, avant que la commission scolaire ne fasse volte-face en août dernier puis annonce qu’on mettrait les bouchées doubles pour être en mesure d’accueillir les élèves à la rentrée 2020. 

Or, voilà qu’en raison des délais qui continuent de s’allonger, la CSPO a indiqué dans un communiqué jeudi « qu’il est fort probable que l’ouverture de l’école 036, prévue en septembre 2020, soit compromise ». Selon l’appel d’offres original, les travaux devaient débuter le 15 octobre. 

Quant au contrat de construction de l’école secondaire 040, qui sera située sur un terrain près du Centre aquatique Paul-Pelletier, il a été octroyé à la firme Boless pour une somme de 31 985 000 $.

C’est à l’entreprise Pomerleau qu’a été accordé le contrat d’une valeur de 37 171 000 $ pour ériger l’école secondaire 041, près de l’intersection des boulevards du Plateau et de l’Amérique-Française.

Les deux nouvelles écoles secondaires, d’une capacité d’accueil maximale de 810 élèves chacune, doivent en principe ouvrir en 2021 et 2022.